lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > «Pour une agriculture du vivant» veut s’imposer comme nouveau standard

30 Octobre 2018

«Pour une agriculture du vivant» veut s’imposer comme nouveau standard

L’association «Pour une agriculture du vivant» (PADV), créée en février, veut faire émerger un nouveau standard autour de l’agroécologie, a-t-elle indiqué le 29 octobre. «D’ici deux ou trois ans, on réunira les acteurs de la transition de l’agriculture pour faire émerger un nouveau standard avec un label», a expliqué lors d’une conférence à l’Ania (industries alimentaires), le président Jean-Philippe Quérard, souhaitant fédérer les démarches d’agriculture biologique, de conservation des sols, de bien-être animal, de commerce équitable. 100 % des agriculteurs auront basculé en 2050 dans l’agroécologie basée sur les couverts végétaux, le non-travail du sol et l’agroforesterie, d’après lui. «L’agroécologie va s’imposer comme la clé de voute d’une alimentation saine, durable, équitable», a-t-il déclaré. PADV s’inscrit dans cette transition en tant que plateforme de collaboration destinée à «toutes les filières», «tous les acteurs» autour du socle agronomique des sols vivants. Elle comprend aujourd’hui une organisation de producteurs (Pom’Evasion), des coopératives et négoces (Vignerons de Buzet, Soufflet), des industriels (Pasquier, Danone), des distributeurs et restaurateurs (U, Flunch, Accor), des partenaires du type Bleu Blanc Cœur, des instituts techniques (IAD), également l’association Agroforesterie, Cerfrance. «Aucun acteur n’est capable de faire émerger seul un nouveau modèle alimentaire et de percer le mur de défiance chez les consommateurs», selon Jean-Philippe Quérard.