Mot-clé : Macron

Par La rédaction

LOA : présentation en Conseil des ministres décalé le 3 avril, calendrier d’examen inchangé

Le projet de loi d’orientation «pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture» (LOA) sera présenté en Conseil des ministres le 3 avril, a indiqué le cabinet du ministre de l’Agriculture le 26 mars. Ce report de quelques jours intervient après une modification de l’agenda présidentiel. Emmanuel Macron est actuellement en déplacement en Amérique du Sud. Après une visite en Guyane lundi et mardi, il doit se rendre au Brésil. L’examen du PJL doit débuter le 30 avril en commission, puis le 13 mai en séance publique. Par ailleurs, les rapporteurs ont été proposés, le 26 mars à l’Assemblée nationale, par le président de la commission des Affaires économiques Stéphane Travert. Eric Girardin (Renaissance, Marne) est désigné rapporteur général. En 2022, il avait remis au Premier ministre un rapport contenant des propositions pour faciliter la transmission des exploitations viticoles. Il avait notamment travaillé sur la question des groupements fonciers agricoles (GFA) investisseurs inscrite dans le projet de loi tel que soumis au Conseil d’Etat. Nicole Le Peih (Renaissance, Morbihan), l’éleveur Pascal Lavergne (Renaissance, Gironde), Pascal Lecamp (Démocrate, Vienne) sont nommés rapporteurs thématiques. Nicole Le Peih a déposé la proposition de loi (PPL) sur les conflits de voisinage, actuellement en cours d’examen au Parlement. Fin 2023, Pascal Lecamp avait porté un amendement d’augmentation du Casdar (développement agricole).


Par eva dz

Accord UE-Mercosur : Macron rend visite à Lula, pas de négociation, assure Paris

Emmanuel Macron va graver dans le marbre la relance du partenariat franco-brésilien avec Luiz Inacio Lula da Silva, lors d’une visite d’Etat la semaine prochaine au Brésil. Le chef de l’Etat français entend multiplier les déplacements dans la région d’ici à la fin de son mandat. Si les sujets de contentieux ne manquent pas, de l’Ukraine – Lula refuse de prendre parti contre la Russie – à l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur, les deux dirigeants ont avant tout à cœur d’avancer sur ce qui les unit : la transition écologique et la réforme de la gouvernance internationale.

Le Brésil, qui préside cette année le G20 des pays les plus industrialisés et accueillera en 2025 la COP30 à Belém, est au cœur de ces enjeux. Dans la foulée de la COP28 à Dubaï, les deux chefs d’Etat vont afficher une ambition commune de «réduction des énergies fossiles» et de «solidarité beaucoup plus importante vis-à-vis des pays les plus pauvres pour réduire les inégalités», résume le palais présidentiel de l’Elysée. Le président Lula devrait réitérer son appel à la signature rapide de l’accord UE/Mercosur, bloqué par la France sur fond de crise agricole et de regain protectionniste en Europe. «Cela pourra entrer dans la discussion (…) mais le but n’est pas de négocier, de convaincre qui que ce soit», souligne toutefois la diplomate brésilienne, à l’unisson de l’Elysée.

La rédaction


Par eva dz

Importations ukrainiennes : Macron veut revoir le compromis sur les clauses de sauvegarde

Intervenant à l’issue du sommet européen des chefs d’Etat et de gouvernement le 22 mars, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé son souhait de vouloir renégocier «dans les prochaines heures» le compromis européen sur la prolongation des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine. Si ce sujet n’est pas de la compétence du Conseil européen, l’objectif du Président de la République est de modifier la période de référence du «frein d’urgence» automatique pour prendre en compte l’année 2021 et y inclure des dispositions pour d’autres produits, le blé tendre en particulier.

«On n’est pas loin de cet accord, je pense qu’il est trouvable», a indiqué Emmanuel Macron. Et d’ajouter que «c’est ce qui permettrait de lever des difficultés dans beaucoup de pays européens», notamment en Pologne dont le sujet des importations ukrainiennes est particulièrement sensible. Cet accord, obtenu lors d’une négociation en trilogue entre le Conseil de l’UE et le Parlement européen dans la nuit du 19 au 20 mars et qui a déjà été validé par la commission du Commerce international le jour même, devait être examiné par les représentants des Etats membres lors de la réunion du Coreper II du 27 mars.

La rédaction


Par eva dz

La FNSEA espère rencontrer Macron début avril pour «sortir de la crise»

«Ce qui se profile, c’est que l’on puisse rencontrer le Président de la République pour essayer de sortir de cette crise dans les premiers jours d’avril», a indiqué le président de la FNSEA Arnaud Rousseau en conférence de presse le 20 mars. Une déclaration qui intervient après le report d’une réunion prévue la veille avec Emmanuel Macron. «On n’est là pour faire durer le mouvement, on est là pour obtenir des décisions concrètes», a appuyé M. Rousseau, alors que la mobilisation a démarré en novembre. Les syndicats majoritaires ont rencontré Gabriel Attal le 19 mars pour faire le point sur les 62 mesures annoncées début février par le gouvernement.

De son côté, la FNSEA lui a présenté les «cinq blocs» qu’elle estime prioritaires (élevage, moyens de production, compétitivité, trésorerie et «dignité», dont les retraites). «Notre principal sujet, c’est comment et quand», résume le président de la FNSEA.

Une nouvelle réunion avec le Premier ministre est prévue lundi 25 mars, à la veille du congrès du syndicat, du 26 au 28 mars à Dunkerque. «Marc Fesneau a confirmé sa venue» à la clôture de l’événement jeudi 28, a affirmé M. Rousseau. Et de prédire que les agriculteurs «risquent de lui demander des comptes», en particulier sur le curage des cours d’eau, sujet sensible dans la région après les récentes inondations.

La rédaction


National | Par eva dz

Souveraineté alimentaire : le dire… et surtout le faire !

Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA et du COPA s'est exprimé suite à la venue du Président de la République à Terres de Jim.En annonçant que « la souveraineté agricole et alimentaire est la mère des batailles », le Président de la République a fait écho à une attente forte de la FNSEA : celle de donner un cap, une bannière de ralliement à une agriculture sévèrement mise à mal…


National | Par eva dz

Les chantiers agricoles d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est réélu à la tête de l’Etat jusqu’en avril 2027. Ses chantiers sont immenses, y compris dans le secteur agricole et agroalimentaire. Les agriculteurs et leurs représentants syndicaux l’attendent sur de très nombreux dossiers.Maintenir et développer le potentiel de production de l’agriculture française et européenne ; concilier production et protection de l’environnement et de la biodiversité ; mettre en place une grande loi foncière réclamée par la profession…


National | Par eva dz

Souveraineté alimentaire : Emmanuel Macron répond aux agriculteurs

A l’issue du Grand Rendez-vous sur la souveraineté alimentaire, organisé en visioconférence ce mardi 18 mai, et proposé par le Conseil de l’agriculture française (CAF) présidé par Christiane Lambert, Emmanuel Macron a répondu aux questions des agriculteurs. Rémunération des agriculteurs, répartition de la valeur au sein de la chaîne alimentaire, attractivité du métier, prochaine PAC, accords commerciaux internationaux, alternatives aux produits phytosanitaires, gestion de l’eau et des risques climatiques, menu…


National | Par Didier Bouville

La FNSEA reçue à l’Élysée

Le président de la République, Emmanuel Macron, a reçu, le 18 février, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Un échange aurait dû, normalement se tenir sur le Salon international de l’agriculture mais celui-ci ayant été annulé en raison de la crise sanitaire, c’est à l’Elysée qu’il s’est déroulé.Accompagnée du secrétaire général Jérôme Despey, la présidente de la FNSEA et le chef de l’Etat ont notamment évoqué les dossiers de la…


National | Par Didier Bouville

Giscard d’Estaing et l’agriculture : l’homme du «pétrole vert»

Ci-contre : portrait officiel de Valéry Giscard d’Estaing © La Documentation française. Photo Jacques-Henri Lartigue.«Les produits de l’agriculture sont notre seule matière première. Ce n’est pas acceptable qu’un pays comme la France dépende encore largement de l’étranger pour son alimentation. L’agriculture doit être notre pétrole». Sur l’agriculture, l’histoire retiendra de Valéry Giscard d’Estaing son grand discours de Vassy dans le Calvados, le 16 décembre 1977. Ce jour-là, il esquissa les…


National | Par Didier Bouville

E. Macron dévoile son plan de relance et cite les protéines en exemple

(Photo site internet Elysée)Lors d'un entretien télévisé sur TF1 et France 2, réalisé le 14 juillet, le président de la République a annoncé que le plan de «relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative» représentera «au moins 100 milliards d'euros», en plus des 460 milliards déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l'économie depuis le début de l'épidémie.Souhaitant illustrer «l'objectif» poursuivi par ce plan, Emmanuel Macron a recouru…