Aveyron | Par La rédaction

Comité technique départemental SAFER 9 ans de présidence pour Gérard Saby

Après 15 ans d’engagement au comité technique départemental de la SAFER dont 9 ans comme président, Gérard Saby a quitté ses fonctions. Il est remplacé par Benoit Fagegaltier.

Dominique Granier, président de la SAFER Occitanie et Dominique Barrau, vice-président, entourent Gérard Saby qui a présidé le comité technique départemental Aveyron pendant 9 ans.

«J’ai accompli la mission qui m’a été confiée par Dominique Granier et Dominique Barrau, président et vice-président de la SAFER Occitanie dans un esprit d’écoute et de dialogue», a témoigné Gérard Saby, qui tient à les remercier pour leur confiance. Engagé depuis 15 ans au comité technique départemental de la SAFER pour l’Aveyron, dont 9 ans en tant que président, l’agriculteur de Béssuéjouls a toujours eu le souci de l’écoute et de «recevoir tout le monde même les mécontents» !

Ecoute et dialogue

Car comme il le dit : «la SAFER n’est pas une maison fermée. Le comité technique départemental est justement une instance qui réunit les différents acteurs concernés par le foncier agricole et qui leur permet de trouver des consensus». «En tant que garant du comité technique, nous avons toujours œuvré dans le respect de l’ensemble des candidats dans un climat apaisé et avec lucidité», salue-t-il, remerciant au passage pour «leur engagement et leur confiance» l’ensemble des membres du comité, toute l’équipe de la SAFER Aveyron et son directeur, Simon Tisset, qui l’accompagne depuis quelques années après André Jacquot et Christian Lelièvre.
Les dossiers à concurrence sont nombreux en Aveyron, premier département en nombre de mouvements fonciers en Occitanie et le comité technique départemental a la responsabilité de trancher après étude de chaque dossier. «Au sein du comité technique, il me tenait à cœur de défendre la profession, j’espère avoir fait de mon mieux en partageant ma connaissance du terrain. Avec toujours l’objectif de favoriser les installations pérennes et viables qui permettent de nourrir la population et non pas des installations en autarcie. Le métier d’agriculteur est de faire vivre les gens en leur donnant une alimentation saine et de qualité», avance Gérard Saby, «fier» d’avoir porté ses responsabilités. «Il ne faut pas oublier que les SAFER ont été créée par les agriculteurs, pour les agriculteurs et nos comités œuvrent dans la logique agricole», tient-il à préciser. «Je souhaite une bonne continuation à la SAFER ainsi qu’à mon successeur à la présidence du comité technique départemental, Benoit Fagegaltier», a-t-il conclu.

En effet, Dominique Granier après consultation de la profession agricole de l’Aveyron, a proposé à Benoit Fagegaltier de prendre la suite. «Nous avons l’habitude de dire que le comité technique de la SAFER est le parlement du foncier dans un département, il réunit toutes les parties prenantes du foncier : profession agricole, collectivités, banques, assurances… Les débats y sont constructifs dans un climat apaisé, sans agressivité, c’est le rôle du président de maintenir cet esprit», avance Dominique Granier. Comme il est inscrit dans le code rural, la SAFER est un organe décisionnel qui maintient des terres agricoles au prix juste.

Œuvrer dans la logique agricole

«Si nous avons le foncier le moins cher d’Europe en France, c’est grâce aux SAFER !», avance Dominique Granier. «Notre mission est belle parce qu’elle met en adéquation l’agriculture, son territoire, son environnement. La diversité des membres de nos comités techniques sont une richesse. Ils regardent l’intérêt d’un projet agricole pour son territoire et décide en connaissance de cause», appuie-t-il. «L’Aveyron est très attaché à faire participer ses agriculteurs au sein notamment des commissions locales. Les premiers avis viennent du terrain. Puis le comité technique prend la décision animé par un objectif : garantir le meilleur candidat pour le meilleur projet».
«Avec Gérard Saby, nous nous sommes tout de suite entendus, je l’ai rencontré au moment de la constitution de la SAFER Occitanie. J’ai apprécié sa connaissance du terrain, son ouverture, sa capacité d’adaptation. Il a marqué son temps», a salué Dominique Granier. «Dans la fonction qu’il a rempli, il faut à mon sens, deux qualités : le courage et l’honnêteté. Présider le comité technique départemental de la SAFER est une responsabilité, il faut être capable de travailler avec tout le monde, les maires, les syndicats, les collectivités départementales… Il faut avoir une certaine éthique et de l’écoute. Nous sommes là pour créer des ponts et pas des murs entre les acteurs !», a poursuivi le président de la SAFER Occitanie.

Benoit Fagegaltier prend la suite

A partir du «pouls» du terrain, Dominique Granier a proposé à Benoit Fagegaltier de prendre la suite de Gérard Saby : «Il est lui aussi issu du sérail, déjà membre d’une commission locale SAFER et connaisseur du sujet puisqu’il a participé à la révision du schéma des structures. Il sera mon représentant dans l’Aveyron». Benoit Fagegaltier a accepté la mission, conscient de la tâche qui l’attend : «le comité technique est une structure dédiée à l’intérêt collectif, qui participe à l’aménagement du territoire, et agit pour que les agriculteurs vivent mieux de leur métier, sur leur territoire», a-t-il avancé. «Je tiens à remercier tout particulièrement Dominique Barrau pour son soutien et son accompagnement à mes côtés sera précieux». Benoit Fagegaltier est prêt à relever le défi : «Nous sommes face à une pyramide des âges qui fait que du foncier va se libérer, notre mission sera de le gérer au mieux dans l’intérêt général. Pour celà, il faut de la méthode, une ligne de conduite et de l’honnêteté», conclut-il.

Eva DZ   

 SAFER+Gérard SABY+Benoît FAGEGALTIER+Aveyron

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Premier Eductour Agritourisme en Aveyron ! A l’initiative de Rodez Agglomération dans le cadre de son Projet Alimentaire Territorial (PAT), en partenariat avec la Chambre d’agriculture et l’Office de Tourisme, une journée a été consacrée à la visite de deux exploitations du réseau Bienvenue à la ferme qui accueillent du public sur le grand Rodez. L’occasion de présenter à tous les prestataires de l’agglomération ruthénoise, ainsi qu’à des porteurs de projet, l’offre agritouristique sur le secteur et son potentiel de développement. Laurence Nayral de la ferme du Gazenas à Flavin, a proposé une visite de son exploitation, aux prestataires tourisme du Grand Rodez. L’agritourisme est en vogue. Les demandes de séjours et de visites à la ferme sont en effet…