Aveyron | Par eva dz

L’aligot de Thérondels pour 3 ans chez Aldi

Les responsables de la coopérative de Thérondels et les représentants d’Aldi lors de la signature du Contrat de pays.

L’aligot de Thérondels est présent depuis 2007 dans les magasins Aldi. Un partenariat de longue durée prolongé de 3 ans grâce à la signature d’un contrat de pays.

Les responsables de la coopérative de Thérondels, membre de l’Union Jeune Montagne, ont accueilli les représentants de l’enseigne Aldi la semaine dernière sur le Carladez. Travaillant depuis plus de 15 ans ensemble, pour la commercialisation de l’aligot de Thérondels dans les rayons du magasin hard discount en France, ils ont officialisé leur lien de confiance, à travers la signature d’un contrat de pays pour 3 ans. « Nous avons développé une marque « Pays gourmand » qui met en avant les produits locaux avec un savoir-faire et défendant des produits à la matière première locale, comme l’aligot de Thérondels, un produit de qualité, ancré dans son territoire », a avancé Benoit Clerc, directeur des achats chez Aldi. « Depuis des années, on se fait confiance, ce contrat confirme que l’on veut continuer à travailler ensemble et développer nos relations commerciales pour encore 3 ans », poursuit-il.

Confiance

Pour Yves Soulhol, directeur de l’Union Jeune Montagne accompagné de Florent Chresteil, vice-président de la coopérative Thérondels, ce contrat sur 3 ans « donne de la visibilité ». « Il n’y a rien de pire que de ne pas avoir de débouché pour nos produits. Sachant qu’à l’Union Jeune Montagne, notre objectif est de transformer 100% du lait collecté. Avec ce contrat, nous pouvons prévoir à l’avance les volumes et ajuster les prix. Nous faisons depuis 2007, de la loi EGALIMA sans le savoir ! ». Les responsables de la coopérative apprécient aussi la qualité d’écoute de leurs problématiques : « C’est une enseigne avec qui on peut parler, discuter. Nous travaillons en bonne intelligence ».

A travers ce contrat, Aldi s’engage à développer les volumes d’aligot de Thérondels dans de nouveaux magasins (l’enseigne en compte 1 300 en France dont 4 en Aveyron). Mais aussi à ouvrir des perspectives sur d’autres produits comme la truffade par exemple ou le fromage de Thérondels. L’aventure continue !

Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

natera, la coopérative issue de la fusion de CAPEL et de UNICOR*, a lancé une levée de fonds destinée au développement de sa filiale La Quercynoise. Réservée dans un premier temps à ses adhérents et à ses salariés, cette souscription est désormais ouverte au grand public. © iStock-epixx «Une des raisons pour laquelle nous avons créé natera, c’est notre capacité à muscler et développer les filières sur le territoire», a souligné Jean-Claude Virenque, futur président de natera. «La levée de fond participative que nous avons lancée s’inscrit dans ce cadre. Elle permet maintenant à l’ensemble des habitants du territoire de participer au développement de l’économie, de l’agriculture et de l’emploi dans nos départements». 5e acteur français du canard Au cours…