Aveyron | Par eva dz

La FDCUMA donne la parole à ses adhérents le 8 mars à Sébazac

La Fédération Départementale des CUMA de l’Aveyron organise son assemblée générale vendredi 8 mars salle de La Doline à Sébazac Concourès. Le point avec le président, Didier Larnaudie, à quelques jours de l’événement.

Gilles Grès, responsable communication, Elisabeth Ollitrault, directrice, Didier Larnaudie, président et Marine Boyer, administratrice à la FD CUMA préparent l’assemblée générale de ce vendredi 8 mars.

Sous quel angle abordez-vous votre assemblée générale ?
D. Larnaudie : «La grande question de notre rendez-vous annuel est de savoir ce que les CUMA veulent faire de leur réseau. Nous avons donc décidé de laisser une large part de notre assemblée à l’écoute des besoins et attentes des responsables et à l’échange. Il n’y aura donc pas d’invité particulier mais la parole sera donnée à l’ensemble des participants.
Ces échanges seront une bonne base pour la construction de notre projet politique basé sur les valeurs fondamentales du collectif et cela passe d’abord par une bonne écoute de nos responsables CUMA. Dans un monde individualiste et parfois opportuniste, il faut savoir remettre à plat les choses et rappeler que ce qui fait les valeurs même de notre réseau, c’est le collectif.

L’année dernière, vous aviez réuni l’ensemble des acteurs de la transmission-installation pour parler renouvellement des générations. Où en êtes-vous sur cette question ?
D. Larnaudie : C’est un sujet qui nous tient vraiment à cœur et sur lequel nous n’avons pas perdu le fil. Pour preuve, nous avons participé à une expérience réussie de volontariat rural dans le sud Aveyron en lien avec les collectivités locales. Nous en restituerons les résultats le 15 mars (NDLR lire aussi en encadré). Les retours de cette initiative sont très positifs et nous espérons bien qu’elle pourra être transposée dans d’autres territoires et pourquoi pas inscrite dans le PLOA, nous y travaillons.

Vous avez également invité les jeunes d’établissements agricoles du département à votre assemblée. Comment y participeront-ils ?
D. Larnaudie : En effet, les lycéens de La Roque et de François Marty nous présenteront les vidéos qu’ils ont réalisées suite à notre journée méca en septembre.
Cette ouverture aux jeunes est pour nous, une belle occasion de montrer la force de notre réseau, la force d’un collectif. Nous avons aussi besoin de connaître leur positionnement par rapport à notre réseau : le connaissent-ils ? Connaissent-ils le rôle d’une CUMA ? Qu’en pensent-ils ?… Créer du lien entre le public scolaire et les personnes en charge de faire vivre notre réseau est pour nous une priorité puisque ce sont eux qui demain l’animeront…
Nous avons aussi un vrai travail de communication à mener auprès des nouveaux venus dans l’agriculture car 20% des installations aujourd’hui sont réalisées hors du cadre familial. Il faut donc que ce public apprenne à connaître les CUMA, à quoi elles servent, ce que peut amener l’investissement collectif dans la gestion d’une exploitation…
Je ne désespère pas d’inscrire quelques-uns de nos atouts dans les programmes scolaires, nous avons des outils qui permettent de bien calculer les charges de mécanisation en individuel et en groupe dans une exploitation…

Comment va se dérouler cette assemblée générale ?
D. Larnaudie : La matinée sera consacrée comme d’habitude aux rapports d’activité et financier. Nous avons aussi prévu un temps de parole plus important pour nos partenaires. Et après le déjeuner, pour les responsables CUMA qui le souhaitent, nous proposons une grande table-ronde pour échanger ensemble sur l’avenir et les perspectives du réseau départemental (financement, actions techniques, formations,…).

Un petit mot sur la santé des CUMA ?
D. Larnaudie : Le réseau CUMA dans son ensemble se porte bien. Le nombre de CUMA reste stable dans le département mais le gros questionnement est de savoir comment assurer le renouvellement de nos adhérents sachant que la moitié ont plus de 50 ans. Notre capacité à réussir ce défi est la clé de l’avenir de nos structures. C’est pour cette raison que nous associons notre réflexion avec l’ensemble des OPA, des collectivités et de tous nos partenaires pour le réussir.

Et le Challenge CUMA en partenariat avec le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées a-t-il rendu son verdict ?
D. Larnaudie : Oui ! comme chaque année notre assemblée générale sera l’occasion de mettre en avant les 7 lauréats qui ont fait preuve d’initiative et d’innovation sur le thème «Un collectif bien accompagné pour un projet innovant». Nous dévoilerons le palmarès en présence des responsables du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées qui nous accompagne depuis plus de 15 ans dans cette opération. Et depuis 2 ans, nous avons sollicité les jeunes de La Roque pour qu’ils décernent eux aussi un prix à l’initiative d’une CUMA qu’ils ont préférée. Une occasion de plus de les impliquer dans notre réseau CUMA !».

Recueillis par Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

natera, la coopérative issue de la fusion de CAPEL et de UNICOR*, a lancé une levée de fonds destinée au développement de sa filiale La Quercynoise. Réservée dans un premier temps à ses adhérents et à ses salariés, cette souscription est désormais ouverte au grand public. © iStock-epixx «Une des raisons pour laquelle nous avons créé natera, c’est notre capacité à muscler et développer les filières sur le territoire», a souligné Jean-Claude Virenque, futur président de natera. «La levée de fond participative que nous avons lancée s’inscrit dans ce cadre. Elle permet maintenant à l’ensemble des habitants du territoire de participer au développement de l’économie, de l’agriculture et de l’emploi dans nos départements». 5e acteur français du canard Au cours…