Aveyron | National | Par Didier Bouville

La filière caprine a retrouvé le sourire [point de vue]

La journée technique régionale caprine a eu lieu jeudi 13 octobre à Monteils, comme chaque année, pour faire le point sur la conjoncture nationale et la technique (lire dans notre prochaine VP). La filière est toujours sur une bonne dynamique. Le point de vue de Joël Mazars, président de la section caprine FDSEA.

– Y a t-il des projets d’installation dans la filière caprine en Aveyron ?

«Il y a plusieurs projets en cours. La campagne de communication que la profession a lancée en 2015, en partenariat avec le Conseil départemental et la Chambre d’agriculture, a été efficace. Mais tous les projets à l’étude n’aboutiront pas. On ne s’improvise pas dans le métier facilement. Le contexte économique actuel est favorable, mais les traces de la crise sévère que nous avons traversée en 2010 ne sont pas effacées des mémoires. Même lorsque la conjoncture est jugée favorable comme aujourd’hui !

– C’est-à-dire ?

Notre filière d’élevage est sans doute la seule en ce moment à avoir le sourire dans le pays. Nous sommes déficitaires en volumes de lait, avec environ 20 % de la production importée d’Espagne, une petite partie venant des Pays-Bas. Les consommateurs français apprécient nos fromages, buchettes, produits frais et aussi le lait de chèvre en bouteille. Nous sommes sur une croissance de consommation moyenne positive située entre 2 et 4 % par an. Nous voulons produire le maximum de lait de chèvre français !

– Quelles sont les dimensions des projets d’installation actuellement à l’étude ?

Ils concernent des troupeaux de 200 à 300 chèvres en moyenne, correspondant à l’élevage-type aveyronnais, avec comme tendance constatée, la spécialisation. Je le répète, éleveur de chèvre est un vrai métier. Sur 10 projets, seulement 4 ou 5 devraient se concrétiser en 2017-2018. Notre objectif est de maîtriser l’offre et la demande de la production. Nous voulons des projets viables au niveau financier, mais aussi sociétal, prenant en compte la qualité de vie. Il n’est pas cohérent d’installer quelqu’un dans un lieu isolé, écrasé par les emprunts, asphyxié par le travail !».

Recueilli par Didier BOUVILLE

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 13 octobre 2016.

 éleveurs+chevre+FNEC

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Dès l’automne de l’année dernière, la Fédération nationale des éleveurs de chèvre (FNEC) a sensibilisé les transformateurs et distributeurs à la situation des élevages caprins après deux années de sécheresse estivale consécutives. La prise en compte de la hausse des coûts de production dans les négociations commerciales devait enfin être appliquée dans la filière caprine, après un bilan insatisfaisant de la première année des Etats généraux de l’alimentation.Ce travail de sensibilisation a porté ses fruits. Les négociations commerciales ont abouti positivement et de nombreux contrats ont été signés entre distributeurs et transformateurs affichant des engagements sur le prix du lait de chèvre allant jusqu’aÌ 749 € / 1000 litres pour le lait 100 % français.La FNEC se félicite de ces…