National | Par Didier Bouville

Foncier : la concentration se poursuit et l’artificialisation repart à la hausse

La concentration des terres agricoles se poursuit, échappant de plus en plus aux exploitations individuelles, et l’artificialisation repart à la hausse, avalant 50 000 à 60 000 hectares par an, a indiqué le 30 mai la Fédération nationale des Safer à sa conférence de presse annuelle.

Les exploitations individuelles perdent du terrain, exploitant à peine 38% de la SAU (contre 58% en 2000), face aux Gaec et EARL qui exploitent 51% de la SAU (contre 36%) et surtout face aux sociétés anonymes, qui exploitent maintenant 11% de la SAU (contre 6%).

« Le capital d’exploitation de ces sociétés est de moins en moins détenu par celui qui exploite », a noté la FNSafer. L’organisation réagit face à cette situation : « Les terres agricoles mises sur le marché doivent pouvoir être orientées vers les porteurs de projets répondant aux objectifs des politiques publiques », déclare-t-elle.

Quant à l’hémorragie des terres, qui se fait sur les meilleures d’entre elles, elle justifie une politique de protection, l’Europe important « déjà l’équivalent de 20% de sa surface agricole ».

 éleveurs+safer+foncier

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

La FNSEA, les Chambres d’agriculture France, la FNSafer et les Jeunes agriculteurs ont déclaré, le 3 février dans un communiqué de presse, «saluer la prise de conscience des parlementaires sur la régulation du foncier».Les quatre organisations « appellent à un large consensus autour de la proposition » du député Jean-Bernard Sempastous (LREM-Hautes-Pyrénées). Le député a transmis, la veille, une proposition de loi «portant mesures d’urgence pour la régulation de l’accès au foncier agricole au travers de structures sociétaires ». En effet, faute de loi foncière, que la profession agricole appelle ardemment de ses vœux, de nombreuses sociétés réalisent des montages juridiques et financiers pour racheter des exploitations, empêchant ainsi des jeunes agriculteurs de s’installer.« Ces comportements vont à l’encontre de…