National | Par Didier Bouville

Difficultés du plan de consolidation : Xavier Beulin écrit à Bernard Cazeneuve

Trois mois après la mise en place du plan de consolidation et de refinancement des exploitations agricoles par le Premier ministre alors en place, Manuel Valls, la FNSEA constate que « très peu de dossiers font actuellement l’objet d’une garantie et que la plupart des dossiers présentés à la BPI ne seraient pas éligibles», a écrit son président Xavier Beulin (notre photo) au nouveau Premier ministre, Bernard Cazeneuve, le 5 janvier.

En effet, l’instruction publiée le 27 octobre laisse apparaître une nouvelle exigence quant au ratio endettement/fonds propres, qui exclut une part importante d’agriculteurs.

« Le risque est grand de voir en conséquence de nombreux agriculteurs se diriger vers des options que nous souhaitions justement éviter : recours à des taux plus élevés, ou à des suretés privées gagées sur les biens propres de l’exploitant ou sur son capital foncier, accroissement excessif de l’endettement fournisseur, cessations d’activité avec les drames humains qui y sont parfois associés», souligne Xavier Beulin.

Il demande donc au Premier ministre «d’identifier les raisons et les responsabilités » de ces dysfonctionnements et « de proposer les inflexions nécessaires à sa pleine efficacité».

 éleveurs+FNSEA+bovins

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Les comptes de l’agriculture ont été publiés en fin de semaine dernière. Le point de vue de Dominique Fayel, président de la FDSEA 12 (photo ci-contre).- Comment réagissez-vous à la présentation des comptes de l’agriculture ?D. Fayel : «Globalement je pense que ce sont des résultats en trompe l’œil parce que l’annonce d’une hausse de 10% des revenus en agriculure intervient après une année 2016 en baisse de 14% ! On ne peut donc pas parler de hausse d’autant plus que l’on s’aperçoit que ce revenu «supplémentaire» provient d’une économie de charges (baisse des achats, baisse des engrais,…) et nous ne sommes pas à l’abri d’une reprise des prix de l’approvisionnement.- Qu’en est-il pour l’élevage ?D. Fayel : D’après les…