National | Par Didier Bouville

Crise de l’élevage : X. Beulin juge la taxe sur les gros abattoirs «irresponsable»

L’amendement au projet de loi de finance rectificative, adopté le 25 novembre en Commission des Finances de l’Assemblée nationale, visant à créer une taxe exceptionnelle sur les entreprises de transformation de viandes dont le chiffre d’affaires excède 250 millions d’euros, est «irresponsable», juge le président de la FNSEA Xavier Beulin, dans un communiqué paru le 1er décembre.

Le montant de cette taxe qui vise à financer un fonds de soutien aux éleveurs «serait 5 à 10 fois plus élevé que la marge nette de ces entreprises», estime X. Beulin. «Elle aurait pour premier effet de dégrader encore la compétitivité de la filière, et de détruire de la valeur et de l’emploi, industriels comme agricoles», estime-t-il, avant de regretter que, par ailleurs, les députés «adoptent sans broncher l’article 2 du projet de loi de finances visant à prélever 255 millions des réserves du Fonds national de garanties des risques en agriculture (FNGRA) pour abonder le budget général de l’état».

Le président de la FNSEA plaide pour la création «d’un fonds de soutien (qui) est à étudier mais avec la contribution de l’ensemble des acteurs : fournisseurs, éleveurs, transformateurs, distributeurs, restauration hors domicile» et l’utilisation du fonds de stabilisation du revenu, «nouvel instrument créé par la Pac».

 éleveurs+bovins+FNSEA

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Les comptes de l’agriculture ont été publiés en fin de semaine dernière. Le point de vue de Dominique Fayel, président de la FDSEA 12 (photo ci-contre).- Comment réagissez-vous à la présentation des comptes de l’agriculture ?D. Fayel : «Globalement je pense que ce sont des résultats en trompe l’œil parce que l’annonce d’une hausse de 10% des revenus en agriculure intervient après une année 2016 en baisse de 14% ! On ne peut donc pas parler de hausse d’autant plus que l’on s’aperçoit que ce revenu «supplémentaire» provient d’une économie de charges (baisse des achats, baisse des engrais,…) et nous ne sommes pas à l’abri d’une reprise des prix de l’approvisionnement.- Qu’en est-il pour l’élevage ?D. Fayel : D’après les…