Aveyron | Par La rédaction

Agri Viaur : des aides aux agriculteurs sur certains territoires

Des mesures agroenvironnementales et climatiques sont contractualisables sur les bassins versants du Jaoul, de la Nauze, du Congorbes, du Vioulou amont et du Viaur amont.

Photo : wirestock/freepik.com

Dans le cadre de son volet agricole Agri Viaur, l’EPAGE Viaur a répondu, en septembre 2022, à l’appel à projets PAEC ; ce projet a reçu un avis favorable. Ainsi, des mesures agroenvironnementales sont ouvertes pour la campagne 2024 sur les territoires concernés :

  • Les bassins de la Nauze et du Congorbes (la Nauze et le Congorbes en amont de leur confluence avec le Viaur ainsi que tous leurs affluents) ; les communes en partie concernées sont Manhac, Calmont, Baraqueville, Saint Juliette-sur-Viaur, Camboulazet et Quins.
  • Le Vioulou amont (le Vioulou et ses affluents en amont du lac de Pareloup) et le Viaur amont (le Viaur et ses affluents en amont de la confluence avec le ruisseau de Bouteille en dessous du village de l’Hermet) ; les communes en partie concernées sont Curan, Vezins-de Lévézou, Saint-Léons, Saint Laurent de Lévézou, Castelnau-Pégayrols.
  • Le bassin versant du Jaoul et son affluent le Vernhou ; les communes en partie concernées sont Rieupeyroux, La Capelle Bleys, Le Bas Ségala, Lescure Jaoul et La Salvetat Peyralès.
  • Natura 2000 Tourbières du Lévézou.
    Des mesures surfaciques sont proposées et concernent les parcelles ou partie de parcelles situées dans le périmètre du bassin versant. Des mesures systèmes c’est-à-dire sur l’ensemble de l’exploitation sont ouvertes uniquement sur le bassin Nauze et Congorbes. Pour pouvoir en bénéficier il faut avoir au moins 50% de la SAU de l’exploitation dans le bassin versant.
    L’agriculteur qui souscrit une ou plusieurs mesures agroenvironnementales, s’engage à respecter pendant 5 ans un cahier des charges précis et perçoit une rémunération en contrepartie. Les contrats doivent être validés au moment de la PAC 2023.

Pour les agriculteurs qui sont sur le territoire du bassin versant du Jaoul, contacter Hélène Pouget, animatrice AGRI VIAUR – Espace Rural – EPAGE du Viaur : 05 65 71 10 97 – 06 21 16 53 03 – Email : helene.pouget@epage-viaur.com.
Pour consulter les cartes détaillées des territoires éligibles : epage-viaur.com dans Actualités.

Mesures ouvertes

A. Création de prairies
Type de couvert ciblé : prairie temporaire de moins de 2 ans
Objectif changement de pratique : implanter et maintenir des couverts herbacés pérennes dans des zones où il y a un enjeu environnemental important (érosion et/ou eau).
Rémunération : 358€/ha/an pendant 5 ans – Mesure surfacique

B. Entretien durable des infrastructures agro-écologiques – Ligneux
Type de couvert : surfaces en herbe et grandes cultures
Objectif changement de pratique : optimiser l’entretien sur les haies jouant un rôle antiérosif afin de les maintenir et de les développer (améliorer leur état par un développement végétal et racinaire qui permet d’amplifier leur rôle antiérosif)
Utilisation d’outils adaptés : sécateur hydraulique, tronçonneuses
0,80€/ml/an pendant 5 ans – Mesure linéaire

C. Préservation des milieux humides
Type de couvert : surfaces en herbe
Objectif : amélioration de la gestion des zones humides : absence de fertilisation et d’amendement, pas de traitement phytosanitaire, chargement raisonné
Rémunération : en fonction des engagements de 150 à 201€ /ha/an – Mesure surfacique

D. Gestion des bassins d’alimentation des milieux humides
Type de couvert : prairies et pâturage permanents
Objectif : gestion par le pâturage, pas de produits phytosanitaires
Rémunération : 72€ /ha/an – Mesure surfacique

E. Autonomie fourragère – Elevages d’herbivores (uniquement sur le bassin versant Nauze et Congorbes) – Engagement de toute l’exploitation
Objectif : favoriser le couplage des ateliers animaux et végétaux, accroître l’autonomie alimentaire en valorisant au mieux la production d’herbe, limiter l’achat de concentrés ainsi que la part de maïs sur la Surface Fourragère Principale.
Rémunération : en fonction des engagements 177€ à 233€ /ha/an – Mesure système.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La vague de froid du 18 au 25 avril a provoqué des dégâts sur les cultures, en particulier en viticulture et en arboriculture dans le département. Dans ce contexte, la DDT rappelle les modalités de la réforme sur les outils de gestion des risques climatiques en agriculture et notamment les éléments d’information relatifs à l’Indemnité de Solidarité Nationale. © campagnesetenvironnement Depuis la campagne 2023, un nouveau dispositif unique à trois «étages» de couverture des risques a été instauré. Les aléas courants sont assumés par les agriculteurs, les aléas significatifs sont pris en charge par l’assurance multirisque climatiques subventionnée, pour les agriculteurs qui ont fait le choix de s’assurer. Enfin, les aléas exceptionnels déclenchent une intervention de l’État, via la solidarité…