National | Par Didier Bouville

Lait de vache : «une année 2016 charnière» [point de vue]

Point de vue de Michaël Chavatte, président de la FRPL Sud-Ouest et de la section bovins lait FDSEA Aveyron, à propos d’une année 2016 difficile pour les producteurs de lait de vache.

– Quel bilan tirez-vous de 2016, une année de crise ?

«C’est une année très difficile pour les producteurs de lait de vache ! C’est la deuxième année de prix bas, une année 2016 pire que la précédente. Les revenus des producteurs sont à zéro en moyenne, voire en négatif dans de nombreux cas. Il est rare de connaître une crise qui dure aussi longtemps, face à des charges et des coûts de production qui ne baissent pas. Dans ce contexte négatif, il ne faut pas s’étonner qu’environ 6 % des producteurs laitiers de France ont cessé leur activité cette année.

– A combien sera payé le lait en moyenne en 2016 ?

Nous sommes à 275 €/1 000 litres en prix de base. C’est au niveau de l’année 2009, année de crise là encore mais qui avait duré moins longtemps que celle que nous connaissons aujourd’hui.

– Comment se présente l’année 2017 selon vous ?

Pour le prix, nous devrions avoir plus de 300 €/1 000 litres, sans avoir d’autres précisions. Les marchés se sont redressés car la collecte mondiale de lait de vache a baissé, notamment au sein de l’Union européenne. Et la demande mondiale se maintient. Je pense que le niveau le plus bas de la crise, en terme de prix, est passé… Mais il nous faut du prix ! Et le prix remonte hélas assez lentement. Les trésoreries des producteurs sont entamées depuis longtemps, avec des prêts à court terme engagés. L’année 2017 ne suffira pas à redresser rapidement la barre.

– Que propose le syndicalisme ?

Nous travaillons depuis 2015 pour mettre en place de vrais outils de régulation et de gestion de crise au sein de l’UE. L’année 2016 est une année charnière, après 2015 qui fut celle de la fin des quotas laitiers. Nous sommes aujourd’hui dans un nouveau monde !».

Recueilli par Didier BOUVILLE

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 29 décembre 2016.

 éleveurs+lait+FNPL

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Si la production laitière française marque le pas depuis le dernier trimestre 2020, «l’écart entre les niveaux de 2020 et 2021 tend à se rétrécir sur les toutes dernières semaines», observe Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière dans une note de conjoncture publiée le 3 mai.Néanmoins, sur l’ensemble des 14 premières semaines de 2021, la collecte bovins lait a diminué d’un peu plus de 3%. En 2020, elle n’avait que très légèrement augmenté (+0,2%). En parallèle, les charges des élevages laitiers hexagonaux sont en hausse. L’Ipampa lait de vache a augmenté de 5% sur un an, porté par le coût de l’énergie et des lubrifiants ainsi que des aliments achetés. Au niveau européen, depuis le début de l’année, la production…