National | Par La rédaction

La relocalisation de l’engraissement en marche

Au cours des deux derniers mois, 2 % de jeunes bovins de plus que l’an passé ont été abattus alors que le nombre de vaches allaitantes réformées a diminué de 7,9 %.

© iStock-Gabriele Grassl

La production de viande bovine change de profil. «La relocalisation de l’engraissement en France semble porter ses fruits», observe l’Institut de l’élevage (Idele) dans une récente étude. Les sorties de jeunes bovins et génisses compensent presque la baisse des abattages de vaches allaitantes. Sur les semaines 4 à 11 couvrant les mois de février et mars, le nombre de jeunes bovins abattus était en hausse de près de 2 % par rapport à 2023, note l’Idele. Toutes les catégories d’animaux sont orientées à la hausse : +1,9 % pour les JB de type viande, +1,6 % pour les JB de type lait, + 3,5 % pour les génisses et +1,6 % pour les boeufs. Au cours de cette même période, moins de gros bovins ont été conduits à l’abattoir (-1,4 %). Le nombre de vaches allaitantes réformées a diminué de 7,9 % et celui de réformes laitières est quasi-stable. La relocalisation de l’engraissement sera confirmée dans les prochaines semaines. En attendant, la baisse des cheptels de reproducteurs ne peut pas être enrayée en deux mois !  

Niveaux très élevés

«Au 1er février , le nombre de vaches allaitantes présentes en France enregistrait le même recul qu’au 1er janvier (-1,9 % /2023), souligne l’Idele. La décapitalisation laitière a légèrement ralenti mais le cheptel laitier restait à la baisse (-1,5 %). En six ans, la France a perdu 480 000 vaches allaitantes et 360 000 vaches laitières !». En relocalisant une partie de l’engraissement, les producteurs français de broutards exportent moins d’animaux, notamment en Italie. Aussi, de part est d’autres du massif alpin, le manque d’offre soutient les cours des jeunes bovins à des niveaux très élevés. En France en semaine 11 (qui a débuté le 18 mars), les cotations Jeune bovin U (5,55 €/kg de carcasse) et Jeune bovin O (5,39 €/kg) sont similaires à celles de 2023. En Italie, «le mâle Limousin Extra cotait 3,80 €/kg vif (+2 % /2023) et le mâle charolais Extra 3,65 €/kg (+1 % /2023)», rapporte l’Idele. «Et surtout, ces cours sont nettement supérieurs à ceux de 2022». Le manque d’offre soutient aussi les cours des vaches allaitantes dans l’Hexagone. La vache U cotait 5,95 €/kg de carcasse en semaine 11 après avoir gagné 10 centimes en quatre semaines (+3 % /2023 et +14 % /2022). Les cours des vaches laitières se tassent à des niveaux qui demeurent très élevés.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Le 10 juillet, la Section Bovine d’Interbev a validé le renouvellement de l’accord interprofessionnel relatif à l’achat et l’enlèvement des bovins destinés à l’élevage. Cet accord signé sera soumis à extension pour 5 ans (et non plus 3 ans).Pour mémoire, l’accord interprofessionnel achat-enlèvement des bovins destinés à l’élevage fixe notamment les règles de transfert de propriété et de risque des bovins achetés à l’élevage et régit les conditions de mise en œuvre de la garantie entre vendeur et acheteur. Cet accord est essentiel pour l’équité des relations commerciales au sein de la filière.Au-delà de plusieurs clarifications et rappels, l’essentiel des modifications vise à adapter l’accord au nouveau contexte réglementaire sur la contractualisation, sans en changer l’esprit de l’accord et ses…