Aveyron | Par eva dz

Aubrac : un oculus pour valoriser la pierre sèche

Vendredi 26 mai, au lieu-dit le Roc des loups, le Parc Naturel Régional de l’Aubrac et la mairie de Marchastel ont fait installer un oculus, monobloc de basalte de Bouzentès de 2,20 mètres de diamètre, posé à la verticale, et gravé des points cardinaux et sommets environnants.

L’inauguration s’est déroulée en présence de Bernard Bastide, élu régional et président du parc de l’Aubrac, et Éric Malherbe, maire de Marchastel.

Une prouesse technique réalisée par l’entreprise Hébrard, des tailleurs de pierre depuis six générations (depuis 1860), basés à Saint-Flour dans le Cantal, et le concepteur Xavier Bonnet et sa société A3-Paysage, basée à Clermont-Ferrand. Pour la famille Hébrard, ce type de «projet d’exception nous change de notre quotidien, où l’on fabrique beaucoup de mobilier urbain». Au total, pour fabriquer l’anneau, près de 300 heures de travail ont été nécessaires et il a fallu deux pierres, la première s’étant fendue.

La pierre est aujourd’hui devenue un matériau rare, cher et sous-utilisé. En partenariat avec la Région Occitanie, l’ambition des Parcs naturels régionaux d’Occitanie est de renforcer le développement économique de la filière pierre en mettant en œuvre des projets pilotes dans tous les domaines d’utilisation de la pierre. En Aubrac, un projet est en préparation à Saint-Laurent-de-Muret. À Marchastel, l’idée s’est concrétisée avec la pose de cet oculus monumental. Au total, le projet a coûté près de 6 500 euros, financé à 80 % par la Région et 20% par la commune.

Innover en pierre naturelle locale

Cette valorisation se construit dans le cadre d’un partenariat entre la région Occitanie et les huit parcs naturels régionaux d’Occitanie, à travers l’appel à projet «Innover en pierre naturelle locale». Ce dernier permet le financement de chantiers exemplaires et remarquables valorisant la pierre locale : granit, ardoise, marbre, gneiss ou pierre sèche. Les chantiers peuvent concerner tous les domaines d’utilisation de la pierre : aménagement urbain, construction, création artistique contemporaine, restauration du patrimoine, etc. Un premier appel avait été lancé en 2021, et devant l’enthousiasme suscité par la démarche, une seconde édition a été réitérée en 2023. Du Massif central aux Pyrénées, les huit parcs naturels régionaux d’Occitanie occupent 20 % du territoire. À eux seuls, ils représentent 120 carrières de pierre naturelle, 233 000 tonnes extraites chaque année, plus de 200 entreprises et 132 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, selon les chiffres fournis par l’Unicem (union nationale des industries de carrières et matériaux de construction et fédération de neuf syndicats qui représentent les industries extractives de minéraux ainsi que les fabricants de matériaux de construction) dans une étude de 2020.

Une filière qui, malgré son poids économique, souffre d’un manque de valorisation au plan régional et national, qui pourrait s’expliquer, en partie, par son manque de visibilité.

Marion Ghibaudo

Le Réveil Lozère

Photo PNR Aubrac

Pour découvrir l’oculus : à partir de Finieyrols, commune de Prinsuéjols-Malbouzon à 10 minutes de marche sur le GR 65 ou à partir du pont de la Peyrade, à la sortie du Rieutort d’Aubrac, commune de Marchastel, à 10 minutes de marche sur le GR 65.

oculus+aubrac+pierre+sèche

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La Fête de la transhumance revêt cette année un caractère tout particulier que ce soit à Aubrac ou Saint Geniez. Inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial de l’UNESCO en décembre, la transhumance est entrée dans une nouvelle dimension puisque cette pratique décroche une reconnaissance méritée de l’intérêt du déplacement saisonnier de troupeaux, basé sur des systèmes d’élevages vertueux. Tout ce que défend depuis toujours l’association Traditions en Aubrac qui porte la Fête de la Vache Aubrac en Tranhsumance depuis plus de 40 ans. Première fête de la transhumance depuis son inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial de l’UNESCO. Des milliers de visiteurs sont une nouvelle fois attendus à Aubrac. Pour Christian Bonal, éleveur transhumant…