Aveyron | National | Par Didier Bouville

Toulouse : un non régional à la zone vulnérable ! [direct]

Notre photo : Didier Massol (JA) et Laurent St-Affre (FDSEA) chez Maxime Rigal.

“Nous ne laisserons pas l’État finir de détruire notre métier et nos revenus !”. C’est sous ce mot d’ordre que la FRSEA et les JA de Midi-Pyrénées appellent à la mobilisation avec les FDSEA et JA des huit départements de la région, dont ceux de l’Aveyron, ce mercredi 5 novembre à Toulouse. Les Aveyronnais sont attendus en nombre pour faire du bruit !

L’extension de la carte de la zone vulnérable décidée par le Gouvernement l’été dernier, ne passe pas. A la veille de la journée de ce mercredi 5 novembre, la FDSEA et les JA de l’Aveyron se sont rendus sur l’exploitation bovins lait de Maxime Rigal, à Manhac, où les effets de “la nouvelle zone vulnérable” sont chiffrés. “Sur mon exploitation de 45 vaches laitières et une SAU de 45 ha, dont 40 % sont en pentes, les nouvelles contraintes engendreraient un coût évalué à 35 000 euros” résume Maxime Rigal, aux côtés de Laurent St-Affre et Didier Massol, respectivement secrétaires généraux FDSEA et JA.

« Zonage surdimensionné »

Pour Laurent St-Affre et Didier Massol, “nous sommes confrontés à un projet politique, avec un zonage surdimensionné décidé par la France pour répondre à l’amende de l’Union européenne. Cela se fait sur les dos des agriculteurs en leur imposant des charges supplémentaires”. Maxime Rigal confirme : “pour m’en sortir, il faudra, soit augmenter ma capacité de stockage des fumiers en jetant 35 000 euros à la poubelle, ou bien diminuer le nombre de mes animaux !”. Selon la FDSEA et les JA, les charges d’exploitation générées par le projet d’extension de la zone vulnérable représentent plus de la moitié du revenu disponible des 6 000 exploitations agricoles impactées par ce projet en Aveyron.

Quatre lieux à Toulouse

A Toulouse, comme ailleurs en France, la mobilisation de ce mercredi 5 novembre s’annonce d’ampleur, vue l’exaspération des agriculteurs contre “l’écologie technocratique, le harcèlement des normes et les obstacles à la production et à l’emploi”.

Cette action régionale est à suivre sur notre site en direct avec un “live tweet” mis en place dès le début des rassemblements ce mercredi 5 novembre à Toulouse.

Il est prévu quatre lieux d’actions à partir de 10 h :

– A la DREAL, cité administrative ;

– Onema et Préfecture de Région ;

– Agence de l’Eau Adour-Garonne.

Le regroupement final aura lieu Allées Jean-Jaurès à partir de midi.

Compte rendu dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 6 novembre 2014 et vidéo le même jour sur notre site internet.

 éleveurs+nitrates+bovins

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

FDSEA-JA et la zone vulnérable : «ne pas lâcher la pression syndicale !»[point de vue]La visite lundi 8 décembre du préfet de Région (photo ci-dessus) dans le Ségala n’a pas apporté la réponse attendue par la profession agricole (lire pages 3 et 9 de la VP du 11 décembre). Le point de vue de Thierry Contastin (photo ci-dessous), président de la section Environnement FDSEA Aveyron.Votre sentiment, suite à la visite de Pascal Mailhos à Moyrazès ?«Le préfet a certes été à l’écoute de la FDSEA, des JA et de la Chambre d’agriculture. Mais nous attendions plus. Les critères techniques du nouveau classement de la zone vulnérable en Aveyron ne sont toujours pas justifiés à nos yeux. Il est annoncé la…