Mot-clé : Porc

Par La rédaction

Porc : les importations chinoises de viande porcine divisées par deux début 2024

Entre le ralentissement économique et la reprise de la production locale, les importations chinoises de viande de porc se sont effondrées de 53% sur un an au premier trimestre 2024 (à 250 000 t), selon le Bureau national des statistiques chinois. En revanche, les achats de coproduits, à 290 000 t sur la période, montrent «plutôt une stabilité», comme le note le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ), qui cite les chiffres des autorités chinoises dans son bulletin hebdomadaire du 29 avril. En 2023, l’Empire du milieu a absorbé environ 17% des exportations françaises de porc, soit moins de 120 000 t (viande et coproduits confondus), d’après le Marché du porc breton (MPB).


Par eva dz

Le cheptel européen de porc se stabilise en 2023 après deux ans de chute

La dernière enquête d’Eurostat sur le cheptel porcin européen, menée en décembre, fait apparaître une stabilisation du cheptel à 133,6 millions de têtes (-0,6% par rapport à 2022). Après deux années de chute, «la décapitalisation massive des élevages semble avoir pris fin pour bon nombre de pays», analyse le CDPQ (Centre de développement du porc du Québec). Signe annonciateur d’un rebond de la production, les effectifs de truies progressent de 1,6%. Une hausse particulièrement marquée en Espagne, premier producteur européen (+5,4%), qui renouvelle son cheptel reproducteur après d’importants problèmes sanitaires. D’autres producteurs majeurs ne sont pas en reste, comme le Danemark (+1,3%), les Pays-Bas (+3%), ou encore la Pologne (+11,9%).

En revanche, en France, le cheptel de truies continue de reculer (-2%), de même que les effectifs porcins totaux (-3,2%, à 11,8 millions de têtes). Toutes catégories d’animaux confondues, les effectifs européens reculent depuis 2020, alors qu’ils évoluaient entre 140 et 145 millions de porcs. La production s’est également effondrée sous les effets conjugués de la PPA en Allemagne, de la flambée de l’alimentation animale (guerre en Ukraine) et de la baisse des importations chinoises.

La rédaction


National | Par eva dz

Porc : une stratégie collective pour maintenir l’élevage

L’interprofession s’est fixée pour objectif de préserver l’autosuffisance de la production française à l’horizon 2035. Parmi les moyens : en finir avec l’empilement des normes et faciliter les transmissions et reprises d’élevage.La filière porcine n’est pas épargnée par la perspective d’un décrochage historique. «La décapitalisation en cours est dramatique et reflète un découragement des éleveurs face au mur des contraintes à respecter», a expliqué Philippe Bizien, président de l’interprofession nationale…


National | Par eva dz

Congrès de la Fédération nationale porcine : le piège des prix élevés

La Fédération nationale porcine a tenu son congrès annuel à Rouen le 16 juin alors que le marché du porc s’installe dans «une nouvelle ère de prix élevés». C’est dans ce contexte que la filière doit affronter des défis environnementaux et de bien-être animal à venir.Le rebond du prix du porc est incontestablement le fait marquant de cette année 2023 pour les producteurs de porcs. C’est ce qu’a indiqué François…


Aveyron | Par Jérémy Duprat

Alliance Porci d’Oc Une nouvelle présidence, des défis et une extension de l’atelier

Un nouveau président pour APO. Une extension de son site de Sainte-Radegonde. Et des défis à relever pour le premier groupe porcin d’Occitanie.Le nouveau président d’APO Lionel Tauriac, à gauche, et le directeur général Mickaël Le Gallic.47 ans de moyenne d’âgeDepuis septembre, Alliance porci d’Oc (APO) est présidé par Lionel Tauriac. Il succède à Norbert Pradalier après 19 ans de loyaux services. Une coopérative qui tient à davantage communiquer. «Le…


National | Par Didier Bouville

Prix du porc : les bouchers-charcutiers écrivent à Julien Denormandie

La Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) et la Confédération nationale des charcutiers-traiteurs (CNCT), ont écrit, à la mi-janvier au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie.Ils l’ont interpelé sur la politique tarifaire «agressive» sur la viande de porc dans les enseignes de la grande distribution. Ils lui ont fait part de leur «étonnement» et de leur «incompréhension», quant aux prix «bradés jusqu’à 1,43 du kilo ».…


National | Par Didier Bouville

Accord imminent sur l’enrichissement du label «Le porc français»

Le label «Le porc français» (LPF) se verra complété par des critères environnementaux et sur le bien-être animal «fin 2021», a annoncé Bernard Vallat, président de la Fict (charcutiers industriels) lors d'une conférence de presse le 24 juin. «Des obligations seront introduites», a-t-il précisé, se félicitant de cette «avancée majeure pour rejoindre la demande majoritaire des consommateurs».Après des mois de discussions difficiles sur ce sujet – notamment sur le volet…


Aveyron | Par eva dz

Le ministre de l’agriculture en visite en Aveyron

Lundi 25 novembre, le ministre de l’agriculture et de l’alimentation était en Aveyron. Entouré des responsables professionnels agricoles du département et des élus et parlementaires de l’Aveyron et de la Région Occitanie, Didier Guillaume a visité l’entreprise Alliance Porci d’Oc et la Société Porc Montagne, puis l’Agricampus La Roque, avant de rejoindre deux exploitations, chez Guillaume Rudelle à Flavin et chez Dominique Pradel à Bournazel.C’est un message positif que le…


National | Par Didier Bouville

Hausse du cours du porc : la FICT demande la réouverture des négociations commerciales

(Photo DR)Le 11 septembre la FICT, Fédération française des industriels charcutiers traiteurs transformateurs de viande, ont publié un communiqué pour demander la réouverture des négociations commerciales.Face à une flambée des cours du porc, +43 % en France depuis mars dernier, les industriels anticipent une crise pour leur secteur. Ils souhaitent donc alerter la distribution et les pouvoirs publics sur la nécessité de réouvrir les négociations commerciales avec les entreprises de…


National | Par Didier Bouville

Porc : les exportations vers la Chine pourraient «atteindre les 150 000 tonnes»

Les exportations françaises de viande de porc à destination de la Chine devraient, «au rythme actuel», atteindre «les 150 000 tonnes cette année», indique Guillaume Roué, président de l’interprofession nationale porcine (Inaporc) dans un article du Figaro le 19 août.«Habituellement, nous exportons 100 000 à 110 000 tonnes de viande par an vers la Chine», ajoute-t-il également. Les exportations françaises de porc vers la Chine auraient «bondi de 20 %…