Aveyron | National | Par Didier Bouville

Revenu agricole 2014 : une baisse moyenne de 5 % (ministère Agriculture)

C’est une baisse moyenne de 5% qui vient d’être constatée par les comptes de l’agriculture dont la commission nationale se réunissait ce 15 décembre. Selon les données 2014 du SSP (Service statistiques du ministère de l’agriculture) la quasi-totalité des orientations économiques voient leur revenu baisser sauf les producteurs de lait, les viticulteurs et éleveurs d’ovins-caprins. Ces données concernent les exploitations moyennes et grandes, c’est-à-dire au « produit brut standard » supérieur à 25 000€.

Entre les producteurs de grandes cultures et les laitiers, c’est le grand écart mais pas dans le sens régulièrement constaté. Selon les statistiques du SSP, le revenu des producteurs de grandes cultures est en baisse de 44%. Celui des producteurs de lait progresse de 28%. En valeur absolue, le revenu moyen des premiers atteindrait 17 500 euros (11 400 pour les seules exploitations céréalières) et celui des seconds 30 100€.

Le secteur des grandes cultures a été pénalisé par de fortes baisses de prix tandis que ceux du lait ont été en hausse jusqu’au dernier trimestre. De fortes baisses de prix sont redoutées pour le lait en 2015.

Autres progressions de revenu constatées, celui des viticulteurs (+27%), celui des éleveurs d’ovins et caprins (+23%) tandis que le revenu des élevages avicoles est stable. En revanche, l’arboriculture fruitière (-56%), le maraîchage et l’horticulture (-5,5%), les éleveurs de bovins à viande (-21%) et les éleveurs de porcs (-18%) voient leurs revenus baisser en 2014.

Ces données sont encore provisoires, cependant, et peuvent être corrigées lors d’une analyse ultérieure en juin 2015. Dans la plupart des cas, ces productions sont pénalisées par une contexte de marché de forte production et de baisse des prix.

Du coup, selon des chiffres calculés par l’Insee, la valeur globale de la production agricole serait en baisse de 1% en 2014. Les subventions sur les produits seraient en légère hausse (1,1 milliard d’euros) mais les subventions aux exploitations en général seraient en baisse de 0,7% (8 Mds€).

Face à ces recettes qui se réduisent, le coût plus faible des principales consommations intermédiaires (énergie, aliments du bétail, engrais) a permis de limiter, dans certaines productions, les dégâts. La charge en produits de protection des cultures est toutefois en légère hausse en raison de l’effet prix.

Selon ces données macroéconomiques de l’Insee, le revenu des facteurs de la branche agricole par actif en termes réels progresserait de 1,2%. Dans un communiqué, le ministère de l’agriculture utilise pour sa part la donnée : revenu net de la branche agricole par actif non salarié qui progresserait d’environ 6%.

Résultat courant avant impôts des exploitations moyennes et grandes

(Evolution 2014/2013 et valeur estimée entre parenthèses) – Source : SSP-Ministère de l’Agriculture :

Moyenne des exploitations -5% (24 400€)

– Grandes cultures -44% (17 500€)

– Arboriculture fruitière -56% (13 400€)

– Maraîchage et horticulture -5,5% (21 300€)

– Viticulture +27% (46 200€)

– Exploitations laitières +28% (30 100€)

– Bovins viande -21% (14 500€)

– Elevages ovins, caprins +23% (20 000€)

– Elevages avicoles = (20 700€)

– Elevages porcins -18% (22 100€)

 éleveurs+revenu+bovins

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Les élus et agents administratifs de la mairie de Laissac dans le nouveau poste de péage du marché aux bestiaux de Laissac.Mardi 20 octobre, c’était l’effervescence autour du péage unique construit entre les deux foirails bovins et ovins à Laissac. Ce nouveau lieu centralise la saisie des achats et l’information aux usagers du marché hebdomadaire.Plus de fluidité dans la communication, centralisation des informations et de l’accueil en un seul lieu… le marché aux bestiaux de Laissac a construit un péage unique situé entre les deux foirails bovins et ovins. «Ça faisait un moment que nous pensions à réaménager l’espace et l’organisation de notre marché hebdomadaire», explique David Minerva, le maire, en vue de futurs travaux importants sur la place du…