National | Par Didier Bouville

PAC: le ministère de l’Agriculture recule les dates de déclaration

La campagne de déclaration PAC 2015 se déroulera finalement du 27 avril au 9 juin, a annoncé le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, le 10 mars, lors d’une conférence de presse. Les déclarations PAC auront près d’un mois de retard puisqu’elles étaient prévues initialement, comme chaque année, du 1er avril au 15 mai.

Des comités de suivi, rassemblant les centres de gestion, les chambres d’agriculture et autres organisation professionnelles agricoles (OPA), seront mis en place sous l’autorité du préfet afin d’assurer «de la cohérence» dans ces déclarations. D’ici la fin mars, devrait être établie «la préfiguration de ces comités d’appui», selon le ministre.

«Il était temps» réagit la FNSEA

«Ouf ! Il était temps», a réagi la FNSEA dans un communiqué du 10 mars, suite à l’annonce par le ministre de l’Agriculture du report au 9 juin de la date limite des déclarations PAC. La FNSEA se félicite également de l’engagement du ministre S. Le Foll à traiter au plus vite des transferts de droits à paiements de base (DPB) entre fermiers. «Nous attendons encore les modalités pratiques», nuance le syndicat.

La FNSEA rappelle que, concernant les derniers arbitrages de la PAC, elle attend toujours des réponses sur les points suivants: les haies et prairies, les mesures agro-environnementales (MAEC), et les indemnités compensatoires de handicaps naturels (ICHN). Le syndicat conclut son communiqué en souhaitant que la campagne de déclaration PAC 2015 soit celle «de l’accompagnement des agriculteurs dans l’adaptation aux nouvelles règles».

 éleveurs+PAC+FNSEA

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

L’élaboration du Plan stratégique national (PSN), courroie de transmission de la PAC 2023-2027 au sein des États membres, «doit mettre au premier plan l’enjeu de la souveraineté alimentaire de la France», a indiqué la FNSEA dans un communiqué de presse le 14 janvier.Appelant à une «véritable ambition économique agricole», le syndicat agricole majoritaire entend que ce PSN réponde «aux enjeux de demain en alliant compétitivité et performance environnementale, dans une vision positive basée sur l’investissement, la modernisation et l’innovation en permettant l’utilisation des nouvelles technologies, afin de produire plus, tout en améliorant notre impact environnemental et en luttant contre le changement climatique».Pour la FNSEA, la réforme de PAC «doit être l’occasion de retrouver du pragmatisme et pourquoi pas du “bon…