National | Par Didier Bouville

Mobilisation FNSEA-JA pour «manger français» dans la restauration collective

Le 15 octobre, la FNSEA et Jeunes agriculteurs donnent le coup d’envoi de leur action syndicale en faveur du «produire français pour manger français», avec une concentration des actions sur la restauration hors foyer. Il s’agit de l’un des huit «points durs» présentés au Premier ministre le 7 octobre, avec l’objectif de proposer deux plats sur trois d’origine française dans les cantines d’entreprises, scolaires, militaires, les hôpitaux et les prisons, où pour le moment plus de 70 % des produits sont importés.

Les deux syndicats lancent une action récurrente sur deux mois, incitant les agriculteurs à aller vérifier dans les cantines l’origine des produits, pour sensibiliser l’opinion sur cette réalité méconnue et souligner les incohérences d’élus locaux qui malgré des discours en faveur des produits français, favorisent à l’issue des marchés publics les produits les moins chers et donc majoritairement importés. Avec un objectif plus général : mettre en évidence la nécessité de soutenir une production agricole française en difficulté et pourtant indispensable à l’emploi et au lien social sur les territoires.

Plus de détails sur cette mobilisation seront à suivre dans nos prochaines éditions, à l’issue de la conférence de presse de lancement FNSEA/JA.

(Photo archives Terres de Jim JA)

 +JA+FNSEA+qualité

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA et du COPA s’est exprimé suite à la venue du Président de la République à Terres de Jim.En annonçant que « la souveraineté agricole et alimentaire est la mère des batailles », le Président de la République a fait écho à une attente forte de la FNSEA : celle de donner un cap, une bannière de ralliement à une agriculture sévèrement mise à mal par les hausses de charges sans précédent et un climat dont les assauts sont aussi fréquents que violents.Affirmer ce cap est important, mais force est de constater que les voiles pour l’atteindre ne sont toujours pas levées ! Il est temps d’enclencher le mode «action» et d’assortir ce discours d’actes…