National | Par Didier Bouville

L’industrie agroalimentaire excédentaire pour la 2ème année

D’après les chiffres de l’Insee, la production en volume de l’industrie agroalimentaire enregistre une croissance de 0,9 %, ce qui confirme la tendance amorcée l’année précédente. Cela s’explique par une hausse combinée des exportations (+1,9 %) et de la demande intérieure (+1,6 %), et qui fait croître dans le même temps les importations (+3,6 %). Néanmoins, la valeur de l’industrie agroalimentaire chute, pour la première fois depuis 2010, de 0,4 %.

Cette croissance des volumes s’explique, notamment, par la bonne santé du secteur des produits laitiers et des boissons, dont l’excédent atteint 11,5 milliards d’euros en 2015. En tête, les exportations de vins et spiritueux à destination des Etats-Unis et de la Chine.

Grâce à cela, l’excédent de l’industrie alimentaire s’élève à 6,4 milliards d’euros, alors même que 6 de ses 11 branches sont déficitaires : les huiles, les produits de la mer, les fruits et légumes, les viandes, les produits à base de tabac et ceux issus de la boulangerie-pâtisserie.

Enfin, l’Insee remarque que, bien que composé majoritairement de TPE-PME, le secteur de l’industrie agroalimentaire concentre ses résultats entre les mains des grands groupes qui, avec leurs entreprises profilées, représentent 79 % de la valeur ajoutée, 96 % des exportations et 69 % des salariés.

 éleveurs+agroalimentaire+lait

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Si la production laitière française marque le pas depuis le dernier trimestre 2020, «l’écart entre les niveaux de 2020 et 2021 tend à se rétrécir sur les toutes dernières semaines», observe Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière dans une note de conjoncture publiée le 3 mai.Néanmoins, sur l’ensemble des 14 premières semaines de 2021, la collecte bovins lait a diminué d’un peu plus de 3%. En 2020, elle n’avait que très légèrement augmenté (+0,2%). En parallèle, les charges des élevages laitiers hexagonaux sont en hausse. L’Ipampa lait de vache a augmenté de 5% sur un an, porté par le coût de l’énergie et des lubrifiants ainsi que des aliments achetés. Au niveau européen, depuis le début de l’année, la production…