lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Les priorités de Julien Denormandie pour 2022

04 Janvier 2022 | Actus nationales

Les priorités de Julien Denormandie pour 2022

Dans sa conférence de presse de rentrée le 4 janvier, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, a dressé un bilan de l’année 2021 et esquissé quelques perspectives pour 2022, notamment dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne.

Résumer en quelques mots la conférence de Julien Denormandie pourrait tenir en deux (maîtres) mots pour 2022 :« souveraineté alimentaire » que celle-ci soit française ou européenne. Cette souveraineté passe en premier lieu par une juste rémunération des agriculteurs et par conséquent par « la mise en œuvre de la loi Egalim 2 qui crée de nouveaux équilibres parce qu’elle change les rapports de force (…) Je ferai en sorte qu’elle soit pleinement appliquée », a insisté le ministre qui entend que « l’inflation soit prise en charge par les industriels et la grande distribution ». Très attaché à ce que l’origine des viandes, qu’elles soient françaises ou étrangères s’affiche clairement pour informer le consommateur en restauration hors domicile (RHD- cantines, restaurants, restaurant d’entreprise…), le ministre souhaite aussi que l’année 2022 s’inscrive dans l’adaptation au changement climatique. Ainsi, le Varenne de l’eau va trouver une première application à travers la loi sur l’assurance-récolte qui, après être étudiée en Commission économique de l’Assemblée nationale le 6 janvier sera examinée par les députés dans la semaine du 10 au 14 janvier puis au Sénat le 10 février, avant un passage en Commission mixte paritaire à la mi-février. L’objectif est une application avant la fin de la mandature, a indiqué Julien Denormandie.

PSN : 12 pays manquants

Concernant la présidence française de l’Union européenne (PFUE), le ministre réunira un premier conseil agricole le 17 janvier. Il y sera notamment question d’aller « vers une Europe agricole et alimentaire plus souveraine ». Pour ce faire, il compte « combattre les distorsions de concurrence au sein de l’UE, en renforçant les conditions d’écorégimes ». Il va aussi demander au Commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, le détail des Plans stratégiques nationaux. Au 1er janvier 2022, seuls quinze pays sur les 27 avaient fait parvenir leur PSN. Le ministre a transmis le PSN français le 23 décembre et a confirmé ne pas avoir la liste des 12 manquants. Toujours sur le dossier de la souveraineté, Julien Denormandie entend faire de la réciprocité des normes « une croisade », notamment sur le volet des clauses miroirs. Il veut faire en sorte que les normes de production européenne s’imposent y compris à l’international « et qu’on ne se laisse plus dicter des normes que nous ne voulons plus », notamment sur les antibiotiques de croissance. Enfin, Julien Denormandie a indiqué qu’il organiserait un grand événement autour de la captation carbone agricole le 1er février prochain. Il ne s’est en revanche pas prononcé sur la tenue ou non du prochain salon international de l’agriculture qui doit se tenir du 26 février au 6 mars.

Une conférence aux accents présidentiels

L’élection présidentielle est dans presque trois mois et c’est avec un accent satisfait et parfois militant que le ministre de l’Agriculture a fait le bilan non seulement de son action à la tête de l’Hôtel de Villeroy depuis 18 mois. Un bilan qui met aussi au crédit du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, qu’il a convoqué à plusieurs reprises au cours de sa conférence de presse. Il a ainsi évoqué le discours de Rungis de 2017, et son allocution télévisée du 20 mars 2020 quand il évoquait la souveraineté alimentaire. Le ministre a aussi tiré un bilan très positif de l’action gouvernementale indiquant avoir déjà mis plus de 4 milliards d’euros sur la table quand le président ambitionnait un plan à 5 milliards. Interrogé sur un éventuel deuxième mandat à la tête du ministère si Emmanuel Macron devait être réélu, le ministre a botté en touche.

Grippe aviaire : 41 foyers détectés

Au 4 janvier, la France comptait 41 foyers de grippe aviaire en élevage, principalement dans le Sud-Ouest et dans les zones de concentration, a indiqué le ministre dans sa conférence de presse. Un foyer a été détecté en Vendée, a-t-il ajouté soulignant « sa grande préoccupation » vis-à-vis de ce phénomène. Il a essayé de positiver en remarquant qu’à la même époque en janvier 2021, ce sont plus de 60 foyers qui avaient été comptabilisés, ce qui représente 35 % de moins. « Les mesures de protection étaient nécessaires. Si nous ne les avions pas prises la situation que je vous décris aujourd'hui serait beaucoup plus dramatique », a-t-il estimé.

La rédaction