National | Par Didier Bouville

Elevage : X.Beulin veut que les pouvoirs publics accélèrent face à une «urgence absolue»

Le président de la FNSEA Xavier Beulin a demandé, le 27 janvier lors d’une conférence de presse, aux pouvoirs publics d’accélérer la mise en oeuvre des différentes mesures annoncées depuis septembre en faveur de l’élevage, qu’il estime à 400 millions d’euros au total, dont seulement 187 millions d’euros auraient été versés jusqu’ici aux éleveurs.

Il a estimé que la filière porcine était dans un « état d’urgence absolue », une exploitation moyenne perdant actuellement 6000 euros par semaine, mais qu’elle avait besoin de « réponses structurelles ». Il a regretté que le ministre de l’Agriculture ait annoncé, « sans y croire », la parution d’un décret sur l’étiquetage de l’origine des viandes dans les produits transformés. « Si c’est ‘je vais Bruxelles et je n’y crois pas’, on est marron ! Ce n’est pas ça que nous attendons ! »

Xavier Beulin a également estimé qu’une situation de crise touchait maintenant certains céréaliers et producteurs de fruits et légumes. S’adressant au ministre autant qu’aux membres des filières alimentaires il a regretté qu’aucune vision stratégique pour l’agriculture ne soit exprimée par eux.

 éleveurs+FNSEA+europe

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Alors que le Parlement européen doit se prononcer ce mercredi 15 février sur la signature du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA), la FNSEA reconnaît l’aspect «ambitieux et progressiste» de l’accord mais «l’honnêteté nous conduit aussi à souligner les impacts de cet accord sur la viande bovine française», ajoute l’organisation.L’ouverture d’un contingent de 50 000 tonnes serait un poids supplémentaire pour ce secteur déjà en crise.Parallèlement, avec les conséquences inconnues du Brexit, «il serait irresponsable que l’Union s’engage dans de nouveaux accords commerciaux bilatéraux sans avoir obtenu préalablement les garanties nécessaires», indique la FNSEA qui demande donc à ce que le traité ne soit pas signé. éleveurs+FNSEA+europe