Europe | Par La rédaction

Crise agricole : le calendrier des prochaines étapes précisé

Lors du dernier Conseil des ministres de l’agriculture, le commissaire européen à l’agriculture a précisé le calendrier des prochaines communications qu’il présentera en matière de simplification de la PAC et de renforcement du pouvoir des agriculteurs dans la chaîne alimentaire.

© Commission européenne

Réunis à Luxembourg, les ministres de l’agriculture des Vingt-sept ont accueilli favorablement les mesures initiées par la Commission de Bruxelles sur la simplification de la PAC ainsi que leur adoption rapide, aussi bien par les ministres que par le Parlement européen. Leur validation formelle par les ministres devrait intervenir ce 13 mai. D’une façon générale, les ministres ont plaidé pour que les initiatives de simplification soient poursuivies. De nombreux États membres se sont également prononcés pour le renforcement du rôle et du poids des agriculteurs dans la chaîne alimentaire : leur rémunération équitable étant considérée comme une priorité. En écho à ces demandes, le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, a présenté les prochaines dispositions que la Commission souhaite proposer pour répondre aux préoccupations des agriculteurs. La première vise à modifier les règles encadrant les photos de géolocalisation pour les déclarations PAC. La communication de la Commission sur ce sujet interviendra au mois de juin, a indiqué le commissaire. Comme le demandait le ministre français et quelques autres de ses collègues, la Commission pourrait proposer une modification de la BCAE 2 sur la protection des zones humides et des tourbières. En juin également, Janusz Wojciechowski devrait présenter un texte précisant notion de «force majeure» que les États membres peuvent invoquer pour déroger à certaines obligations de la PAC.

Les plateformes des grandes surfaces dans le viseur

Pour ce qui est de l’amélioration de la position des agriculteurs dans la chaîne alimentaire, la Commission proposera en juillet une révision de l’Organisation commune du marché sur le sujet. Le Commissaire a évoqué trois pistes : d’abord la mise en place de contrats écrits précisant une meilleure prise en compte des coûts de production et leur répercussion à l’aval, le renforcement du pouvoir de négociation des groupements de producteurs et la définition de normes minimales de commercialisation.

Enfin à l’automne, un nouveau règlement est programmé sur les pratiques commerciales transfrontalières déloyales, maintes fois dénoncées aussi par le ministre français de l’agriculture, Marc Fesneau. Sont particulièrement visées les contournements par les plateformes des grandes surfaces des règles commerciales en vigueur dans le pays, l’objectif étant de renforcer le pouvoir des autorités nationales pour faire respecter les lois et règlements.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Le 20 mars, tôt dans la matinée, l’Union européenne est parvenue à conclure un accord dont l’objectif est de plafonner les importations de certains produits ukrainiens, comme la volaille, le maïs ou encore l’avoine. La France a jugé ces mesures insuffisantes. Les Etats membres de l’UE et le Parlement européen ont conclu un accord provisoire pour prolonger les mesures de libéralisation du commerce pour l’Ukraine © iStock-Alexandra Bykova Les discussions ont été longues, âpres, parfois houleuses. Les représentants des États membres de l’Union européenne et le Parlement européen ont conclu, dans la nuit du 19 au 20 mars, un accord provisoire pour la prolongation des mesures de libéralisation du commerce pour l’Ukraine. Depuis le mois de juin 2022 et pour…