National | Par Didier Bouville

Christiane Lambert reçue à l’Élysée, avant le discours du président de la République

Le 10 décembre, en amont de sa prise de parole le soir même, le président de la République a rassemblé « l’ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales » afin « d’entendre leurs voix, leurs propositions et avec pour objectif de les mobiliser pour agir».

Durant 4 heures Emmanuel Macron et les membres du gouvernement ont échangé avec les présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat, du Conseil économique social et environnemental, des associations d’élus locaux ainsi que les responsables confédéraux des syndicats représentatifs et des organisations patronales.

Christiane Lambert, qui participait à cette réunion en tant que représentante des organisations patronales agricoles, a salué la volonté du Président de la République de renouer le dialogue avec les corps intermédiaires qu’il avait négligé au début de son mandat. Elle a souligné que l’ensemble des participants s’accordaient sur le constat d’une France malheureuse, mal en point, qui se sent humiliée et incomprise.

« Actes concrets en faveur du monde agricole »…

La FNSEA se félicite également qu’Emmanuel Macron ait fait un geste pour les petites retraites avec la non-application de la baisse de la CSG pour les retraites inférieures à 2 000 euros.

Le Président de la République a également rappelé qu’il était nécessaire d’unir le territoire national, une cohésion que l’organisation appelle aussi de ses vœux afin de « combler le fossé entre ruralité et monde des villes ». Elle regrette toutefois que les indépendants et les attaques dont sont victimes l’agriculture n’aient pas été mentionnés par le chef de l’Etat ».

Christiane Lambert lui a toutefois rappelé que la ruralité avait le sentiment d’être abandonnée. Elle a aussi redit au Président de la République que la « fiscaliste écologique », et notamment la redevance pour pollution diffuse (RPD), était lourde et en forte augmentation. Elle a donc demandé plus de pragmatisme « dans les propositions qui sont faites ».

La FNSEA attend maintenant des  » actes concrets en faveur du monde agricole avec une non augmentation de la RPD, la sortie du dogme de la séparation vente conseil , l’opérationnalité des ordonnances pour lutter contre les prix abusivement bas, et enfin un soutien face à l’agribashing ».

Depuis le 10 décembre, et ce jusqu’au 14 décembre, les réseaux FNSEA et JA sont mobilisés sur tout le territoire pour interpeller préfets et parlementaires.

 éleveurs+lambert+macron

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Le président de la République, Emmanuel Macron, a reçu, le 18 février, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Un échange aurait dû, normalement se tenir sur le Salon international de l’agriculture mais celui-ci ayant été annulé en raison de la crise sanitaire, c’est à l’Elysée qu’il s’est déroulé.Accompagnée du secrétaire général Jérôme Despey, la présidente de la FNSEA et le chef de l’Etat ont notamment évoqué les dossiers de la transition écologique, de la réforme de la PAC, des négociations commerciales en cours, de l’irrigation, des taxes Trump sur la viticulture, du Plan de Relance et naturellement de la souveraineté alimentaire. Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, assistait également à cet entretien.Christiane Lambert et Jérôme Despey ont…