National | Par Didier Bouville

AG FNO: la segmentation et la qualité au cœur de la stratégie de la filière ovine

« La filière ovine est déjà une niche. Le luxe se construit par des niches. Il ne faut pas faire de la filière ovine une grande niche, mais une multitude de petites niches. Avec une multitude de clients, on peut faire des choses extraordinaires », s’est exclamé Rodolphe Lepoureau, PDG de Sovileg, lors de la table ronde organisée par la Fédération nationale ovine durant son assemblée générale, le 22 avril à Saint-Malo.

Guy Emeriau, responsable du rayon boucherie chez Système U région Ouest, a de son côté bien spécifié l’importance de garder une production par terroir : « En parallèle du produit, il faudra le service et le contact avec le client, surtout face à la mondialisation ». Face au poids de la grande distribution, c’est donc par la qualité et la segmentation que la filière ovine trouvera à se développer.

« Vous avez besoin de me vendre, je n’ai pas besoin de vous acheter », a résumé Olivier Mevel, consultant en stratégie des filières alimentaires, au sujet de la position de la grande distribution dans la filière. Aussi, face à des rayons « désespérément monolithiques » en grandes et moyennes surfaces, il faudra absolument les « enchanter » à l’avenir, selon lui.

 éleveurs+ovins+FNO

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

Avec un repli des abattages de 3,5% en tec en 2020 par rapport à 2019, le service de la statistique (Agreste) du ministère de l’Agriculture confirme que «les effets du confinement de la population lié au Covid-19 semblent avoir été contenus» dans la filière ovine.«La baisse traditionnelle des cours après Pâques n’a pas lieu», rappelle Agreste, soulignant que les cours ont poursuivi leur hausse pour atteindre 6,50 euros le kilo fin avril.Un mouvement de prix inhabituel que Agreste analyse par un «regain d’intérêt des consommateurs pour cette viande». «Le Ramadan qui démarre le 23 avril explique également cette bonne tenue des cours», poursuit Agreste. Les exportations, précisent les services du ministère, sont restées 19% en dessous des niveaux de 2019,…