National | Par Didier Bouville

Viande bovine : les JA demandent au gouvernement d’identifier les alternatives au marché turc

Les Jeunes Agriculteurs demandent au ministère de l’Agriculture d’identifier des alternatives au marché turc de la viande bovine, celui-ci pouvant être fermé à la France en raison des tensions diplomatiques entre Paris et Ankara.

En effet, l’adoption, dans la nuit du 22 au 23 décembre par l’Assemblée nationale d’une proposition de loi qui vise à pénaliser la négation des génocides et notamment le génocide arménien de 1915, a provoqué l’ire du gouvernement turc, qui a rappelé l’ambassadeur français. « Les conséquences du vote à l’Assemblée nationale préoccupent les producteurs mais il ne nous appartient pas de juger de la pertinence de la décision votée. Nous voulons obtenir des garanties que ces débouchés seront maintenus ou remplacés », ont déclaré les JA dans un communiqué publié le 23 décembre.

« Nous appelons vivement la « cellule export » du MAAP (ministère de l’Agriculture) à identifier de nouveaux marchés internationaux très rapidement, aussi fiables et porteurs que ceux que nous pourrions perdre », soulignent les JA.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…