National | Par La rédaction

Une reconquête des friches nécessaire

Fin octobre, la Safer Occitanie a organisé son neuvième webinaire Parlons foncier avec pour thématique «la reconquête des friches : un levier pour le développement des territoires».

Crédit photo : Pixabay

Les friches sont de plus en plus nombreuses sur le territoire. En Occitanie, elles représentent 100 000 ha dont 30 % seraient irrigables selon Dominique Granier, président de la Safer Occitanie.
«Les friches agricoles sont beaucoup trop nombreuses, nous sommes habitués à leur présence donc nous ne les voyons plus vraiment mais les touristes eux les voient et c’est une réelle problématique, expose Dominique Granier. Cela représente un gaspillage considérable de la SAU de la région et nous avons pour challenge de les reconquérir».
Vincent Labarthe, vice-président de la région en charge de l’agriculture et de l’enseignement agricole, était également présent à l’occasion de ce webinaire. Selon lui, tous les partenaires doivent être mobilisés dans cette reconquête, que ce soit les Communautés de communes ou encore les Conseils départementaux.
«Quelques friches ont déjà été reprises grâce au pastoralisme. Certes la réflexion de ces espaces peut coûter cher mais cela coûte encore plus cher de laisser ces terres en friche. La région peut être cheffe de file de cette reconquête», expose Vincent Labarthe.

Des espaces retrouvés

Grâce au site internet Vigifriche, un recensement des différentes friches d’Occitanie a déjà commencé à l’initiative de la Safer. «Nous savons que ça fonctionne, en Lozère, le domaine de Chapieu est resté 40 ans sans activités aujourd’hui 11 agriculteurs occupent les parcelles. En Ariège, à Mirepoix, une friche a été reterritorialisée pour y installer une entreprise d’insertion pour faire du maraîchage et de l’horticulture», présente Dominique Granier.
Afin d’éviter le développement de ces friches et de convaincre les propriétaires d’autoriser des agriculteurs à exploiter leurs terres, la Safer Occitanie met en avant les conventions de mise à disposition des terres.
«Bien souvent, les propriétaires ont peur du terme fermage mais à ce jour, les conventions de mise à disposition existent pour 58 000 ha sur l’ensemble de la région Occitanie. La Safer s’assure de rassurer les propriétaires tout d’abord en leur précisant que seules des cultures annuelles seront semées sur leurs terres. Nous n’avons pas le droit de laisser des terres avec des bornes d’eau non utilisées», ajoute le président de la Safer.
Selon les deux intervenants, l’objectif principal de la reconquête des friches est de les mobiliser en faveur de la souveraineté alimentaire.

C.L.
Terres d’Ariège

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…