National | Par Didier Bouville

Un Salon de l’agriculture toujours grand public et plus professionnel

Lors d’une conférence de presse de présentation du Salon international de l’agriculture (SIA), le 6 février, le président et la directrice du Salon ont mis l’accent sur la nécessité de renforcer les liens avec le grand public. Ils ont aussi souligné l’importance d’accompagner les agriculteurs dans les défis auxquels ils sont confrontés.

La 59e édition du Salon international de l’agriculture (SIA) qui se tiendra du samedi 25 février au dimanche 5 mars inclus à la Porte de Versailles à Paris aura pour thème « L’agriculture : le vivant au quotidien ». Cette grande manifestation qui rassemble chaque année entre 600 000 et 700 000 visiteurs a changé au fil des ans. Les préoccupations de ces derniers de même que celles des agriculteurs ont évolué avec le temps. « Ceux qui nous rendent visite sont plus exigeants en termes de transparence, d’origine, de modes d’élevage. Ils ont de véritables questions parfois techniques (…) Le public est de plus en plus averti en termes de sécurité alimentaire, de traçabilité, etc. », indique Valérie Leroy, directrice du SIA. D’ailleurs, avec les métiers de la santé, l’agriculteur « est l’un des rares à travailler avec des inconnus. Il doit faire face en plus à de nombreux impondérables et s’y adapter rapidement », renchérit Jean-Luc Poulain, président du SIA qui garde en tête l’objectif de la « rémunération », condition sine qua non du renouvellement des générations. Présent à cette conférence de presse, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, acquiesce, estimant « que la rémunération donne aussi plus de visibilité dans le projet » d’installation et que « l’alimentation a un coût et que ça ne peut pas être pris dans la poche des agriculteurs ». De plus, les jeunes sont de plus en plus en recherche de sens dans leur métier et « leur rapport au vivant est réel », ajoute le ministre.

Donner des perspectives de vie

« Il faut mettre en place les conditions de la réussite », répète Jean-Luc Poulain qui veut que le politique « dégage des lignes claires sur le long terme (…) Quand l’agriculture investit, c’est pour au moins dix ans. Il ne faut pas changer les règles au bout de cinq ans ». Pour aider les agriculteurs à réussir leur transition agroécologique et le renouvellement des générations, le SIA s’est doté de nombreux espaces plus spécifiquement destinés aux professionnels. C’est le cas d’Agri-Pro installé au Hall 1 qui ambitionne d’insuffler « un véritable esprit d’entreprise et de mise en réseau ». Lieu des rencontres BtoB, cette zone a permis l’an dernier de signer plus de 2 milliards d’euros de produits agricoles. « Le SIA est une vraie place de marché sur laquelle ont fait des affaires », concède Valérie Leroy. L’espace Agri-Tech (ex-Agri 4.0) qui est passé de 90m2 à 900 m2 en cinq ans se veut la vitrine de l’innovation technologique au service de l’agriculture. Il est situé dans le Hall 4 comme la zone Agri-Recrut’ qui va proposer pendant les neuf jours du salon des conférences, rendez-vous et temps forts sur plus de 500m2 d’espace d’exposition. C’est à travers ces réflexions, ces rencontres et ces échanges que l’on va permettre de « donner des perspectives de vie aux agriculteurs », conclut Jean-Luc Poulain.

Christophe Soulard

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…