National | Par Didier Bouville

Transition écologique : l’agriculture impliquée

Le ministère de l’Agriculture organise le 17 septembre un séminaire sur le changement climatique et ses effets sur l’agriculture et la forêt en France métropolitaine. L’analyse qui sera présentée par le Centre d’études et de prospective sera suivie de propositions d’adaptation issues d’un groupe interdisciplinaire d’une vingtaine d’experts.

Par ailleurs, dans le cadre du séminaire intergouvernemental qui s’est tenu le 19 août sur « la France en 2025 », quatre ministres du gouvernement ont fait parvenir à Jean-Marc Ayrault une longue lettre dans laquelle ils plaident pour la transition écologique et notamment la transition énergétique. « La question n’est donc désormais plus de savoir si nous allons faire face à la mutation écologique ou non, mais bien si nous souhaitons la conduire ou la subir » écrivent les signataires. Parmi eux, les ministres écologistes du gouvernement, Cecile Duflot (Logement), Pascal Canfin (Développement), le ministre en charge de l’Ecologie, Philippe Martin, mais aussi celle plus surprenante du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

Ce qu’il faut retenir aussi, c’est que ce séminaire est organisé et ce courrier a été rédigé aussi à la veille de la Conférence environnementale des 20 et 21 septembre et de la présentation du projet de loi de Finances pour 2014 dans lequel sont attendus des arbitrages sur la future fiscalité écologique.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…