Mot-clé : Loup

Par eva dz

Loup : le plafond de tirs est maintenu malgré la baisse de la population

Lors de la réunion du Groupe national loup le 24 mai, la préfète coordinatrice a annoncé que le plafond de tirs resterait fixé à 209 individus en 2024, malgré la baisse confirmée du nombre de prédateurs, indique Claude Font, secrétaire général de la FNO (éleveurs d’ovins, FNSEA) à Agra Presse. «Cette année est une année intermédiaire», explique-t-il : à partir de 2025, une seule estimation consolidée de la population lupine sera communiquée en fin d’année, servant de base pour le plafond de tirs de l’année suivante. Les pouvoirs publics ont confirmé l’estimation de la population de loups à 1003 individus (sur la base des indices récoltés entre mars 2023 et mars 2024), soit -9% en un an. En revanche, les attaques et les dégâts seraient en hausse début 2024, selon M. Font : +22% en nombre de constats et +40% en nombre de victimes, à fin avril.

Le sujet de la simplification administrative était également à l’ordre du jour du Groupe national loup (paiements des aides aux moyens de protection notamment), ainsi que celui de l’indemnisation des pertes indirectes – pour lequel une réunion est prévue avant l’été.

La rédaction


Par eva dz

Loup : les effectifs du prédateur en baisse de 9% en 2023

Dans un communiqué publié le 23 mai, six associations de défense de l’environnement* affirment que la «dernière estimation du nombre de loups présents en France» est de 1003 individus pour l’année 2023, soit une baisse de 9% par rapport à 2022 (1096 loups). Confirmé par la FNO (éleveurs d’ovins, FNSEA), ce chiffre définitif a été calculé à partir des indices relevés par le Réseau loup de l’OFB entre mars 2023 et mars 2024, avec prise en compte des analyses génétiques, précise Jean-David Abel, de FNE, à Agra Presse. Ce repli intervient après plusieurs années de hausse rapide. Les associations appellent le gouvernement à «baisser immédiatement le plafond de destructions autorisables pour 2024 en tenant compte de cette nouvelle estimation».

Pour cette année, via une note technique de la préfète coordinatrice, l’exécutif a «reconduit automatiquement le plafond annuel» à 209 loups, en se basant sur une estimation provisoire de 1104 individus communiquée en septembre dernier. Avec le chiffre actualisé à 1003 loups, le plafond devrait passer à 190 individus (19% de l’effectif), font valoir les ONG. Contacté par Agra Presse, le ministère de la transition écologique n’a pas encore confirmé le chiffre de la population lupine 2023-2024, qui doit être communiqué au Groupe national loup vendredi 24 mai. D’après les ONG, cette estimation «est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique».

*FNE, Ferus, LPO, WWF, Aspas, Humanité et biodiversité

La rédaction


Par eva dz

Loup : Etats membres divisés, révision du statut de protection probablement reportée

Les ambassadeurs des États membres ne sont pas parvenus lors de leur réunion du 15 mai à un accord sur la révision du statut de protection du loup dans l’UE, comme l’a proposé fin 2023 la Commission européenne. La présidence belge du Conseil de l’UE espérait pouvoir mettre le sujet à l’agenda de la réunion des ministres de l’environnement de l’UE du 17 juin pour prendre une décisions dans ce dossier, mais en l’absence de majorité qualifiée entre les Vingt-sept elle devrait y renoncer. A moins que les discussions en groupe de travail qui vont maintenant reprendre ne débloquent la situation d’ici là. Beaucoup d’États membres ont souligné que des solutions existaient déjà dans le cadre de la directive Habitats pour gérer les populations de loups et préfèrent attendre de nouvelles données scientifiques consolidées (qui sont attendues en 2025) pour se décider, indique-t-on du côté de la présidence belge.

L’objectif qui était de demander de faire passer le loup d’un statut de protection stricte à une protection simple lors de la réunion du Comité permanent de la Convention de Berne, qui se tiendra du 2 au 6 décembre, semble donc compromise.

La rédaction


Par eva dz

Loup : en Suisse, des éleveurs dénoncent la mort de moutons tués par des loups

Une dizaine d’éleveurs suisses ont déposé le 6 avril à Lausanne douze cadavres de moutons tués par des loups devant le siège des autorités du canton de Vaud, en exigeant davantage de mesures contre ces prédateurs, a rapporté un média suisse. «Ces moutons ont été tués cette nuit», a déclaré Eric Herb à l’agence de presse suisse Keystone-ATS. «Il faut maintenant vraiment bouger», a réclamé ce membre du comité de l’association romande pour la régulation des grands prédateurs. Pour Patrick Perroud, agriculteur et boucher, «on ne peut pas cohabiter» avec le loup. «On en a marre, nous voulons que le loup soit tué», car «notre territoire est trop petit», a-t-il dit à Keystone-ATS.

D’après M. Herb, 17 moutons ont été tués dans la même zone «il y a une dizaine de jours», deux autres l’ont été plus tôt cette semaine et 13 dans la nuit du 5 au 6 avril. Après avoir été exterminés il y a plus d’un siècle, les loups ont commencé à réapparaître ces dernières décennies en Suisse. Depuis qu’une première meute de loups a été repérée en Suisse en 2012, la population lupine a nettement augmenté. En 2020, le pays alpin avait compté 11 meutes pour un total d’un peu plus de 100 loups. L’an dernier, il a recensé 32 meutes et environ 300 loups.

La rédaction


Aveyron | Par La rédaction

Prédation, prix du lait, FCO-MHE… les dossiers brûlants de l’automne

Vendredi 13 octobre, le conseil d’administration de la FDSEA était réuni à Rodez. Au menu des discussions : l’actualité sanitaire autour de la FCO et la MHE, la prédation, les paiements PAC... et la préparation du renouvellement des équipes FDSEA.Le 28 septembre, la FDSEA a dénoncé le manque de soutien du gouvernement à la compétitivité de l’agriculture devant le Trésor public à Rodez.En présence de Christophe Soulié, vice-président de FODSA…


Aveyron | Par Didier Bouville

Un loup tué dans le cadre d’un tir de défense renforcé sur le Sud-Larzac

Un loup a été tué par un lieutenant de louveterie, mardi soir, sur le territoire du Sud-Larzac, sur la commune de Saint-Beaulize.Une opération de défense des troupeaux avait été confiée aux lieutenants de louveterie pour aider les éleveurs ovins du secteur à faire face aux nombreux dommages subis par leurs troupeaux depuis le mois de juillet. Depuis le début de l'année, 72 constats ont été réalisés en Aveyron, dont plus…


Aveyron | Par eva dz

Une centaine d’éleveurs disent NON au loup !

Place du Mandarous, ce vendredi 17 décembre, à Millau, trois cadavres de brebis gisent, et un message fort "Arrêtons le massacre". Une centaine d'éleveurs étaient réunis à l'appel du Cercle 12, pour dénoncer le manque de moyens de lutte face aux attaques à répétition de loups sur le Larzac. En effet, depuis septembre, 80 brebis ont été victimes d'attaques présumées "loup non écarté".Venus de l'Aveyron mais aussi de la Lozère,…


Aveyron | Par eva dz

Face à la prédation : FDSEA et JA demandent protection et régulation

JA et FDSEA ont rencontré la Préfète ce vendredi 15 octobre pour interpeller l’Etat sur l’incohérence des réponses apportées aux agriculteurs face aux prédateurs.L'Aveyron a répondu à l'appel à mobilisation lancé au niveau national suite au procès d’un éleveur des Hautes-Alpes, jugé pour une attaque de son chien de protection des troupeaux sur un randonneur.En France, l’Etat oblige les éleveurs hors « zone difficilement protégeable » confrontés à la prédation à protéger leur…


National | Par Didier Bouville

Loup : les Français pour l’autodéfense des bergers

Selon un sondage réalisé par la Fédération nationale ovine (FNO) et la Confédération nationale de l’élevage (CNE), «plus de six Français sur dix pensent que les bergers devraient avoir le droit de se défendre lorsque les loups attaquent leurs troupeaux».Selon ce même sondage réalisé en janvier et septembre 2020, par OpinionWay, mais divulgué le 9 mars, près de 8 sondés sur 10 comprennent le désarroi des éleveurs de brebis.«Cette empathie…


Aveyron | National | Par Didier Bouville

Le prochain comité loup se réunit début décembre [point de vue]

Les attaques de troupeaux où le loup ne serait pas écarté, ont repris depuis le début du mois de novembre. FDSEA, JA et la Chambre d’agriculture ont demandé la réactivation du comité loup sous l’égide de la préfète. Le point de vue de Thierry Agrinier, secrétaire général adjoint FDSEA, en charge du dossier loup à la Chambre d’agriculture (notre photo).- Où en est-on des attaques sur les troupeaux en Aveyron…