National | Par Didier Bouville

Stéphane Le Foll réaffirme les atouts de la filière forêt-bois

«La forêt et la filière bois sont des atouts prometteurs pour la France», a tenu à souligner le ministre de l’Agriculture, à l’issue de la réunion, le 4 février, du Conseil supérieur de la forêt, des produits forestiers et de la transformation du bois.

De fait, la filière peut «concilier une triple attente», estime Stéphane Le Foll : « le développement économique, (citant les matériaux et énergies renouvelables) ; une excellence environnementale reconnue, notamment en termes de biodiversité ; et une valeur sociale forte, avec près de 400 000 emplois sur la filière foret bois et les activités qui en dépendent.»

Le conseil supérieur de la forêt et du bois, qui rassemble les professionnels de la filière, «dont la dernière réunion remonte à 2009 », souligne le ministère, a été réuni « dans la perspective de la préparation du volet « forêt» de la loi d’avenir sur l’agriculture, l’agroalimentaire et la forêt», qui doit être présentée à l’automne.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Pour asseoir son hégémonie sur la scène internationale, la Chine vise l’autosuffisance alimentaire. L’accroissement des capacités de production des filières animales se fait dans la douleur. Des fermes géantes supplantent les petits producteurs de bovins et de porcs. Mais la conjoncture économique contrarie leur essor. De nombreuses sociétés laitières sont déficitaires. Sur de nombreux marchés agricoles, la Chine est le premier pays importateur au monde de commodités. L’an passé, elle a importé 2,4 millions de tonnes (Mt) de viande de porc, 3,46 Mt de viande bovine et l’équivalent de 10 Mt de lait en produits laitiers. Bien que l’empire du milieu soit la deuxième puissance économique mondiale, avec un excédent commercial de 800 milliards d’euros (Md€), son déficit commercial agricole…