National | Par Didier Bouville

Stéphane Le Foll lance un état des lieux de la contractualisation laitière

Dans un communiqué de presse du 11 juin, le ministre de l’Agriculture a confirmé le lancement d’un «état des lieux et le bilan de la mise en œuvre de la contractualisation dans le secteur laitier». Le ministère précise qu’il est nécessaire «qu’un bilan tant quantitatif que qualitatif soit dressé afin d’identifier les freins et leviers permettant d’améliorer le système des contrats qui sont un des outils pour sécuriser et équilibrer les relations commerciales dans un contexte de volatilité des prix et des marchés».

La loi de modernisation agricole de 2010, portée par le prédécesseur de Stéphane Le Foll, Bruno Le Maire, oblige les producteurs et collecteurs de la filière laitière à contractualiser leurs relations commerciales afin de préparer l’après-quota. Le bilan sera remis au ministre le 13 juillet prochain. Il sera réalisé par trois membres du ministère de l’agriculture : Jean-Baptiste Danel, Georges-Pierre Malpel et Pierre Texier.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…