National | Par Didier Bouville

Salon de l’agriculture : 615 000 visiteurs, retour à une fréquentation d’avant-Covid

Autour de la vache égérie Ovalie, d’une moissonneuse-batteuse ou de l’étal du poissonnier, 615.204 visiteurs, 40.000 professionnels et délégations françaises et internationales – et 3.500 journalistes accrédités – sont venus découvrir la diversité de la ferme France dans une ambiance bon enfant. Un «bon salon» pour son président Jean-Luc Poulain, qui renoue «avec l’affluence des éditions d’avant le Covid», sans toutefois battre le record de 2014 (plus de 700.000 visiteurs).

Samedi, une affluence record a contraint les organisateurs à fermer plus tôt les accès du salon, marqué aussi cette année par la présence accrue de groupes de jeunes gens avinés. «Il ne s’agit pas d’empêcher mais de sécuriser. Notre salon est une fête populaire qui se doit de rester confortable», avaient souligné les organisateurs. Dès la matinée de cette avant-dernière journée, les allées du parc des expositions de la Porte de Versailles se sont densément remplies, rendant par endroits les déplacements difficiles. Le public, largement familial, est aussi composé de grappes de visiteurs alcoolisés, de plus en plus désinhibés à mesure que les heures de visite s’étirent, et que les futs de bière se vident, ont constaté les journalistes de l’AFP sur place. En milieu de semaine, Arnaud Lemoine, directeur du Centre national des expositions et concours agricoles (Ceneca), propriétaire du Salon, avait appelé à préserver cette «grande fête populaire» des excès de l’alcool.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…