Aveyron | Par Didier Bouville

Rentrée syndicale FDSEA-JA : «un tournant pour l’agriculture»

La FDSEA et les JA de l’Aveyron ont fait leur rentrée syndicale vendredi 7 septembre à la Maison de l’Agriculture à Rodez. Pour leurs présidents respectifs Dominique Fayel et Patrice Falip, la rentrée 2012 s’annonce «compliquée pour les éleveurs, mais pas dénuée de perspectives aux yeux des responsables syndicaux».

Ils ont évoqué le « choc céréalier » qui est en cours, la situation et les perspectives d’avenir pour les filières d’élevage, la sortie de l’Aveyron de la zone vulnérable. Autre dossier, l’assignation cette semaine au tribunal correctionnel de Rodez de deux responsables FDSEA et d’un responsable JA par l’entreprise Lactalis, suite à l’action syndicale menée en juin 2009 en pleine crise du prix du lait de vache.

Concernant la sortie de l’Aveyron de la zone vulnérable, la FDSEA et les JA ont programmé une action syndicale devant la préfecture de l’Aveyron ce jeudi soir. Pendant l’été, la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement) a en effet communiqué une proposition de zonage pour le bassin Adour-Garonne. «Mais sur les 54 communes aveyronnaises de la zone actuelle, seules quelques unes sont proposées au retrait par la DREAL», dénoncent la FDSEA et les JA. Les responsables professionnels sont furieux car toutes les mesures environnementales prouvent la bonne qualité des eaux aveyronnaises et militent en faveur du retrait total de l’Aveyron de la zone vulnérable.

Lire l’article complet dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 13 septembre 2012.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Les adhérents d’APO – Alliance Porci d’Oc étaient réunis en assemblée générale, vendredi 14 juin. Lionel Tauriac, le président et Mikaël Le Gallic, directeur général, ont fait le point sur l’activité et sur les projets de la coopérative. La coopérative APO était en assemblée générale vendredi 14 juin à Rodez © APO Malgré une année 2023 plus compliquée, hausse des énergies et des charges en général, baisse de la production porcine, la coopérative APO «s’en sort très bien» selon ses responsables. «Que nous dégagions un résultat positif après cette année difficile est une vraie satisfaction», résume Lionel Tauriac.Appuyé de son directeur, Mikaël Le Gallic, le président de la coopérative explique cette bonne santé par la complémentarité entre les différentes activités…