National | Par Didier Bouville

Réforme de la PAC : des convergences franco-roumaines

Après l’Allemagne, l’Espagne, la Bulgarie, c’est au tour de la Roumanie d’afficher des positions proches de celles de la France sur la réforme de la politique agricole commune. A l’issue d’une rencontre avec son homologue roumain, Daniel Constantin, le 6 novembre à Paris, Stéphane Le Foll a noté un certain nombre de convergences entre les deux pays.

Sur le budget notamment, les deux ministres considèrent que le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020 proposé par la Commission constitue « un minimum absolu ». Comme le ministre français, le ministre roumain est partisan du maintien des droits de plantation dans le secteur vitivinicole et tous les deux se prononcent en faveur d’une aide supplémentaire sur les premiers hectares dans le cadre du premier pilier. Tous deux considèrent également que la convergence des aides au sein de chaque Etat vers un montant unique au cours de la prochaine période « est difficile à mettre en œuvre ».

Aussi sont -ils favorables à ce que les Etats disposent d’une certaine flexibilité en matière de convergence interne des aides du premier pilier. Ils soutiennent aussi l’orientation générale des propositions de la Commission en matière de verdissement « pour renforcer la légitimité de la Pac », le maintien d’aides couplées au sein du premier pilier ainsi que l’adoption de dispositions permettant une meilleure réactivité en cas de crise.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Le comité technique de recherche sur le campagnol terrestre du SIDAM s’est rassemblé le 3 juillet à Lempdes. Les chercheurs ont exposé leurs travaux et les FREDON et FDGDON ont échangé sur l’état des populations et l’organisation de la lutte collective dans les territoires. L’équipe de Adrien Pinot, VetAgro-sup Clermont, s’intéresse aux préférences alimentaires du campagnol terrestre. Elle ont démontré que celui-ci se nourrit presque exclusivement de racines de pissenlits pendant l’hiver et que plus il y a de pissenlits dans une parcelle, plus le nombre de campagnols augmente rapidement.Elle a aussi montré qu’en phase de déclin, c’est-à-dire après une pullulation, le sur-semis augmente considérablement la taille des populations.Aujourd’hui elle cherche à comprendre pourquoi une prairie permanente est plus vulnérable…