Aveyron | Par La rédaction

Race Parthenaise Belle rencontre chez Sylvie et Benoit Viguier à Prades de Salars

Jeudi 10 février, à 14h, Sylvie et Benoit Viguier ont ouvert les portes de leur exploitation à Prades de Salars. Une cinquantaine de personnes ont répondu à leur invitation et celle du Syndicat Occitanie Parthenais à découvrir la belle race Parthenaise.

Il y a un an et demi que la famille Viguier a fait le pari de développer sur le territoire la race Parthenaise. Déjà engagés dans le parcours de la sélection avec un élevage caprin depuis fort longtemps, l’intérêt des deux éleveurs, Sylvie et Benoit s’est porté sur la sélection en Parthenaise dans une volonté de se démarquer. Objectif 20 vêlages.
Le but : mettre à l’honneur une race encore peu représentée en Aveyron, une viande persillée de très bonne qualité bouchère, de la finesse d’os… Les Parthenaises sont de bonnes mères, au caractère docile.
Il y a une place en Occitanie pour cette jolie race à la couleur froment clair et aux yeux maquillés d’une auréole gris clair, une place de choix et de qualité avec un véritable potentiel de progression.

15 000 vaches inscrites en France

Aujourd’hui le syndicat Occitanie compte une dizaine d’adhérents et espère voir ce nombre s’accroître. Au niveau national c’est 50 000 naissances parthenaises depuis la création du syndicat en 2010 sur 1 650 cheptels. Ce qui donne 15 000 vaches inscrites. L’Occitanie recense en 2021, 500 naissances essentiellement dans le Tarn et l’Aveyron.
Ce n’est donc pas un hasard si la famille Viguier s’est faite ambassadrice de cette race, c’est une passion familiale, d’ailleurs Damien  19 ans en dernière année de BTS PA à La Roque, a effectué un stage, l’été dernier au plus près de la race, auprès de Vincent Loiseau, ancien directeur de «France Parthenaise». «Il m’a beaucoup appris. J’ai pu acquérir de meilleures connaissances sur la race pour en faire profiter le projet familial», a-t-il ainsi témoigné.
Les ingrédients sont là pour la réussite : connaissance, investissement, énergie, passion, qualité…Pas de doute, il y a tout ce qu’il faut pour donner l’envie de développer cette race des Deux-Sèvres en terres aveyronnaises ! L’élevage Viguier remplit totalement la mission !

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Les adhérents d’APO – Alliance Porci d’Oc étaient réunis en assemblée générale, vendredi 14 juin. Lionel Tauriac, le président et Mikaël Le Gallic, directeur général, ont fait le point sur l’activité et sur les projets de la coopérative. La coopérative APO était en assemblée générale vendredi 14 juin à Rodez © APO Malgré une année 2023 plus compliquée, hausse des énergies et des charges en général, baisse de la production porcine, la coopérative APO «s’en sort très bien» selon ses responsables. «Que nous dégagions un résultat positif après cette année difficile est une vraie satisfaction», résume Lionel Tauriac.Appuyé de son directeur, Mikaël Le Gallic, le président de la coopérative explique cette bonne santé par la complémentarité entre les différentes activités…