National | Par Didier Bouville

Promotion de la filière ovine avec Agneau Presto

L’agneau c’est bon toute l’année et pas seulement pour les fêtes de Pâques. Le seul problème c’est qu’il n’est pas toujours facile d’en trouver dans les supermarchés. Et hormis le traditionnel gigot d’agneau, le choix est souvent restreint.

Pourtant il existe bien d’autres façons de préparer l’agneau. En boulette, en brochette, en carpaccio ou en salade par exemple. Et pourtant les français en mangent peu. Fort de ce constat, les filières françaises, anglaises et irlandaises se sont réunies pour créer le concept Agneau Presto.

Objectif : Inciter les bouchers à essayer de nouvelles découpes pour permettre une cuisine rapide. Si ces trois pays se sont alliés, c’est parce que la filière était en crise et qu’il devient de plus en plus difficile de trouver des éleveurs d’agneau. « Il faut redynamiser l’image de l’agneau et attirer les jeunes vers les élevages », insiste Emmanuel Coste, président d’Interbev.

Aujourd’hui, la France importe 60 % de sa viande d’agneau, principalement en provenance de l’Irlande et de la Grande-Bretagne.

Depuis la création du concept Agneau Presto en 2010, près de 400 bouchers ont été formés à la découpe et dans certains rayons boucherie, des ateliers de cuisine ont été installés pour cuisiner l’agneau en 15 minutes.

Pour connaître les lieux des cours de cuisine et les recettes, rendez-vous sur www.agneaupresto.com

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Le ministère de l’agriculture a annoncé un renforcement des contrôles le long de la chaine alimentaire pendant la durée des Jeux olympiques et notamment sur les sites dédiés. Marc Fesneau Capture X-Twitter « 13 millions de repas seront servis sur les sites des jeux olympiques, dont 5 millions pour les spectateurs, 3,5 millions pour les agents de l’organisation et 2,2 millions pour les athlètes, pendant la durée des Jeux olympiques », a annoncé le cabinet du ministère de l’Agriculture à la veille de la visite du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau à Saint Ouen, le 12 avril près de Saint-Denis, l’un des sites des épreuves. Pour faire face à cet évènement exceptionnel, le ministère entend éviter toute « toxi-infection »…