National | Par Didier Bouville

Passation de pouvoir au ministère : «bon courage et bonne chance»

Dans la Rue de Varenne, l’ambiance n’était pas au jour férié, le jeudi 17 mai, mais plutôt aux passations de pouvoir dans les cours des ministères où on assistait au balai des voitures aux vitres fumées. A l’agriculture, Stéphane Le Foll a été accueilli par Bruno Le Maire devant l’Hôtel du ministre. Ce dernier lui a souhaité « bon courage et bonne chance » avant de partir, plutôt détendu, sous les applaudissements de son équipe.

Stéphane Le Foll a posé quelques secondes devant les photographes, avant de dire quelques mots : « l’enjeu majeur sera l’enjeu européen pour l’agriculture. On va engager des discussions importantes sur la réforme de la PAC, sur le sens qu’on doit donner à l’agriculture en Europe et en France. Comment on peut assurer des emplois et de la richesse. » Il a ensuite salué son équipe et les fonctionnaires du ministère présents pour l’occasion. Bruno Le Maire a quitté la cour discrètement, tandis que Stéphane Le Foll est rentré dans ses nouveaux appartements, accompagné de Philippe Mauguin, son directeur de cabinet et ancien directeur des pêches maritimes.

Sa place à l’Hôtel de Varenne n’est pas encore totalement assurée, car celui-ci doit encore gagner les élections législatives dans sa circonscription de la Sarthe. En effet, Jean-Marc Ayrault, le premier ministre, a annoncé que tout ministre qui ne gagnerait pas les législatives « ne pourrait pas rester au gouvernement. »

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…