National | Par Didier Bouville

Paris s’opposera au budget de l’UE si les crédits de la PAC sont réduits

« Nous nous opposons à la baisse proposée pour la Politique agricole commune, qui a déjà consenti des efforts importants dans le cadre de la proposition initiale de la Commission européenne », a affirmé le 31 octobre le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué. « La France ne saurait soutenir un budget pluriannuel qui ne maintiendrait pas les crédits de la Politique agricole commune », a-t-il indiqué. La présidence chypriote de l’UE a proposé de réduire « d’au moins 50 milliards d’euros » le projet élaboré par la Commission européenne d’un budget de 1 033 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

Plusieurs États membres, notamment la Suède, souhaitent que la présidence aille beaucoup plus loin dans la réduction des dépenses, notamment celles de la PAC. Sans avancer de chiffre global, Bernard Cazeneuve se dit convaincu que « d’autres sources d’économies peuvent encore être exploitées pour rendre le budget communautaire compatible avec l’effort de rétablissement des comptes publics dans lequel les États membres sont engagés ». Il demande enfin une remise à plat du « financement du budget de l’UE » et critique les rabais consentis actuellement à plusieurs États, en premier lieu le Royaume-Uni, qui sont de fait financés par les autres États membres. « Nous n’accepterons pas que le système des corrections financières repose de manière disproportionnée sur certains États membres dont la France », a-t-il ajouté.

Parlement européen : le vote de la PAC reporté

 La Commission de l’agriculture du parlement européen (Comagri) a décidé de reporter les votes sur les rapports portant sur la réforme de la PAC aux 23 et 24 janvier, au lieu des 26 et 27 novembre initialement prévus. Ce report fait suite à la demande d’Albert Dess (PPE/DE) de traduire les amendements de compromis dans tous les langues du parlement européen. Compte tenu du décalage du vote en Comagri, les députés devraient procéder directement à un vote final (amendements + vote sur l’ensemble) mais aucune date n’a été fixée pour le vote en plénière. A la condition bien sûr, que le budget de la Pac 2014/2020 soit connu.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…