National | Par Didier Bouville

Paris-Berlin : 50 ans de collaboration agricole

«L’agriculture a joué un rôle majeur dans la réconciliation franco-allemande. Aujourd’hui, les politiques qui concernent l’agriculture et le monde rural demeurent au cœur du projet européen », a indiqué le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Dans le cadre des 50 ans du traité de l’Elysée, 120 représentants d´associations ou fédérations de jeunes de France et d´Allemagne se sont réunis le 21 janvier lors d´un atelier pour la jeunesse qui a lieu pendant la Semaine verte internationale 2013.

« Il s´agit pour eux de trouver une vision commune pour que l’Europe dispose d’espaces ruraux dynamiques », précise le ministère. Un premier document de synthèse contenant des recommandations sur les moyens économiques, culturels et les infrastructures à développer pour que l’espace rural reste attractif pour les jeunes, devrait être remis le 22 janvier aux deux ministres de l’Agriculture Allemand et Français, Ilse Aigner et Stéphane Le Foll.

Pour cette première journée d’échanges, François Thabuis, Président de Jeunes Agriculteurs, a prononcé un discours et une délégation d’une quinzaine de JA a fait le déplacement à Berlin. « JA a défendu sa vision de la ruralité au sein des différents ateliers, en insistant notamment sur l’importance du renouvellement des générations en agriculture à l’échelon européen, sur la nécessité de développer une agriculture productive et durable pour dynamiser l’économie rurale et enfin sur l’importance d’engager ces zones rurales dans un objectif d’autonomie énergétique », indique un communiqué des Jeunes agriculteurs du 21 janvier.

Un deuxième rendez-vous est prévu le 26 février prochain où les jeunes se retrouveront dans le cadre du Salon international de l´agriculture (SIA) afin de parler de l´avenir de l´agriculture.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…