Aveyron | Par Jérémy Duprat

Miss Jeunesse Occitanie Jade Tesseydre, une Miss à deux facettes

Miss jeunesse Occitanie est agricultrice. Jade Tesseydre veut promouvoir la jeunesse qui se donne à fond.

Jade et Romain, sur le GAEC au sein duquel Miss jeunesse Occitanie travaille les matins.

Enfiler sa combinaison de travail sur la ferme le matin. La troquer pour une tenue décontractée au travail à Rodez l’après-midi. Et préparer ses discours et revêtir ses robes face au jury. À 20 ans, l’Aveyronnaise Jade Tesseydre est pleine de surprises. Depuis aussi loin qu’elle se souvienne, travailler dans le milieu agricole est son rêve. «Depuis toujours. J’aidais mes voisins avec les brebis. À la maison, il y a des chèvres, j’ai un cheval. C’est une passion, vraiment. Depuis 5 mois, j’aide mon compagnon, Romain, sur la ferme. Je fais cela parce que j’ai vraiment envie d’aider et que j’y prends du plaisir», explique tout sourire la Miss Jeunesse Occitanie de 20 ans.
Son titre, c’est l’autre facette de Jade Tesseydre. «J’ai voulu participer à un autre concours que Miss Jeunesse Aveyron. Sauf que le concours a d’une part été annulé et, d’autre part, je ne répondais pas au critère de taille. Je me suis donc inscrite au concours Miss Jeunesse Aveyron. Et là, surprise, j’ai remporté le titre ! Alors, plus déterminée que jamais, j’ai participé à Miss Jeunesse Occitanie le 26 mars à Montbeton dans le Tarn-et-Garonne. Encore une fois, j’ai eu l’honneur d’être élue Miss du concours. Cela m’a demandé beaucoup de préparation. Entre le travail à la ferme le matin et le magasin de prêt-à-porter dans lequel je travaille l’après-midi, ce n’était pas toujours facile de préparer les discours, s’entraîner, choisir les robes…», explique Jade Tesseydre.

La jeune miss a pu compter sur une aide de poids. «Romain m’a énormément soutenue. Il m’a toujours poussée et aidée psychologiquement. C’est lui qui a fait que je n’ai jamais lâché», sourit Jade. «C’est une fille qui s’adapte à tout. Elle est hyper polyvalente, elle aime énormément de choses différentes. Cela m’a fait plaisir de l’encourager et de la motiver», répond tout naturellement Romain.

Valoriser la jeunesse

Jade ne compte pas s’arrêter là. Elle a déjà en ligne de mire les prochains concours. «Dès que j’ai du temps libre, je me prépare pour la suite. Ce sera un concours avec encore plus de challenge, au niveau de la France. Et puis je n’oublie pas mes responsabilités de Miss jeunesse Occitanie. Je trouve des événements qui sont intéressants pour faire connaître le comité et valoriser la jeunesse dynamique. Après à moi de me déplacer pour véhiculer une bonne image de la jeunesse», défend Jade Tesseydre.
C’est l’un des combats de la jeune Miss : montrer que des jeunes sont motivés et prêts à donner de leur temps et de leur énergie. «J’entends beaucoup que les jeunes ne font pas grand-chose et restent le nez scotché sur leur écran de téléphone. J’estime qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Le cas de Romain parle pour lui-même, à 21 ans et éleveur. J’essaie moi aussi de renvoyer la même image. Nous ne sommes peut-être pas encore complètement adultes, mais nous représentons du mieux que nous pouvons les jeunes. Nous ne passons pas notre vie sur les réseaux sociaux, on n’a pas trop le temps. Il y a quelques mois de ça, je ne travaillais pas, j’étais chez mes parents et j’étais sur mon téléphone toute la journée. Il faut savoir se mettre un coup de pied aux fesses», blague Jade Tesseydre.

Jérémy Duprat

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…