National | Par Didier Bouville

Ministère de l’Agriculture : 20 millions d’euros aux éleveurs, mais « couplage insuffisant » (FNPL)

« J’ai dégagé pour 2013 une enveloppe de 20 millions d’euros pour les jeunes installés et les récents investisseurs » a annoncé le 21 mars le ministre de l’Agriculture lors de l’assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL). Ce montant sera distribué proportionnellement au quota laitier des exploitations éligibles. 4 millions d’euros supplémentaires seront consacrés à la filière caprine.

Une annonce qui a reçu un accueil glacial de la part des éleveurs réunis à Nantes. Pour eux, l’urgence est à la réévaluation des revenus des producteurs. « Je le dis à nos entreprises de transformation et aux grandes enseignes de distribution : nous voulons, dès le prochain trimestre, une traduction concrète (des charges) sur le prix du lait ! », a lancé le président de la FNPL, Thierry Roquefeuil. La FNSEA prépare des « actions syndicales dans les jours et les semaines qui viennent », a, de son côté, indiqué Xavier Beulin, président de la centrale agricole. Même mouvement chez les Jeunes agriculteurs : « nous projetons des actions syndicales à l’encontre des GMS », a annoncé Jérôme Chapon, vice-président des JA. Stéphane le Foll s’est par ailleurs engagé à « réunir début avril une table ronde entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs à ce sujet ».

Le couplage est encore insuffisant pour les producteurs de lait…

« 10 % ça n’était pas suffisant ! 12 % non plus ! », a réagi le 21 mars Thierry Roquefeuil, président de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait), à l’accord politique des 27 sur la réforme de la Pac. Cet accord apporte à la France la possibilité d’accorder un soutien couplé dans la limite de 12 % de son enveloppe nationale. Thierry Roquefeuil est également revenu sur la convergence interne des aides à l’horizon 2 019. La « surdotation sur les 50 premiers hectares (…) n’apporte qu’une petite partie de la réponse », regrette-t-il. « Pour que les producteurs laitiers soient maintenus dans nos territoires, et bénéficie d’une juste répartition des soutiens, une aide couplée à la vache laitière est la seule vraie réponse », assure Thierry Roquefeuil. Comme prévu dans le projet de réforme de la Pac, la convergence des aides ferait « perdre 100 euros à l’hectare, voire beaucoup plus » à « un tiers des éleveurs », chiffre-t-il.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…