National | Par Didier Bouville

Michel Barnier et les marchés agricoles : «nous imposerons la transparence»

Affirmant son opposition à la financiarisation des marchés agricoles, le commissaire européen chargé du marché intérieur et des services, Michel Barnier, juge «nécessaire» l’intervention des pouvoirs publics dans la régulation des marchés, a-t-il écrit dans une tribune libre dans Le Monde du 10 août.

Et d’annoncer les actions de l’Europe dans ce domaine : «nous imposerons la transparence aux produits dérivés pour savoir qui vend quoi et à qui. Un nouveau cadre entrera bientôt en application pour dissuader les transactions opaques de gré à gré, standardiser les contrats, les enregistrer dans des référentiels centraux et les diriger vers des chambres de compensation , a-t-il prévenu.

Depuis le 1er janvier 2011, une Autorité européenne des marchés financiers assure par ailleurs une coordination plus étroite entre les superviseurs nationaux, ainsi qu’avec les régulateurs des marchés physiques : « à l’avenir, ils auront aussi de nouveaux pouvoirs. Les opérateurs devront révéler le niveau de positions qu’ils prennent, et les superviseurs pourront intervenir en cas de volatilité excessive pour plafonner ces positions».

Enfin, la Commission européenne propose de renforcer les sanctions contre les abus des marchés, a assuré Michel Barnier, notamment les manipulations des marchés physiques et financiers des produits agricoles.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Biocarburants, lin, bois, céréales, jus de pommes, viandes, cuivre, minerai de fer, or…. Depuis 38 ans déjà, le rapport CyclOpe scrute les évolutions des commodités et des produits de toute nature. Les cadres géopolitique et climatique pèsent sur les cours mondiaux. Philippe Chalmin professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine est l’auteur du 38ème rapport Cyclope. Philippe Chalmin professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine et coordinateur du Cyclope a rappelé qu’en 1986, date de la parution du tout premier rapport, la Russie était le premier importateur mondial de grains. Presque quatre décennies plus tard, elle est le premier pays exportateur de blé. Un renversement de tendance qui s’explique par de nombreux facteurs à fois géopolitiques et climatique : la chute du…