National | Par Didier Bouville

Mercredi 16 janvier : mobilisation de la FNSEA/JA sur l’environnement

Ce mercredi 16 janvier, la FNSEA et les JA appellent les agriculteurs à se mobiliser massivement devant les préfectures (ou DDT) pour protester contre les contraintes environnementales de plus en plus lourdes qui pèsent sur les agriculteurs. L’occasion aussi de remettre aux préfets les pétitions demandant un moratoire sur la directive « Nitrates » lancées fin novembre.

La FNSEA et les JA déplorent le zèle avec lequel les ministères de l’Ecologie et l’Agriculture durcissent les critères environnementaux qu’ils imposent aux agriculteurs pour tenter d’échapper aux poursuites engagées par la Commission de Bruxelles pour non respect de la Directive nitrates. Le ministère de l’Ecologie a déjà procédé à une extension des zones vulnérables qui concerne 860 communes supplémentaires et de modifier les programmes d’action qui y seront déployés. Sans parler du durcissement des calendriers d’épandage qui vont obliger les éleveurs à construire de nouvelles capacités de stockage des effluents sans tenir compte des investissements déjà réalisés.

Egalement dans le collimateur des organisations syndicales le moratoire sur le stockage de l’eau décidé par Delphine Batho et les installations classées pour la protection de l’environnement.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…