Aveyron | Par Didier Bouville

Les restrictions sécheresse de la semaine

Après un temps exceptionnellement sec et chaud sur le mois de septembre et la première quinzaine d’octobre, les précipitations sont enfin arrivées à partir du 18 octobre, avec un épisode méditerranéen principalement positionné côté Hérault qui n’a donné que 20 mm côté Aveyron, puis un épisode cévenol du 19 au 21 octobre, concomitant avec l’arrivée d’une perturbation d’ouest qui a permis un arrosage de 10 à 20 mm partout et de 50 à 60 mm sur les monts d’Aubrac.

Du 23 au 24 octobre, un nouveau front pluvio-orageux a traversé le département, arrosant principalement le Villefranchois (15 à 25 mm), le nord et le sud-est du département (20 à 40 mm en moyenne et jusqu’à 60 mm localement). Sur le reste du département (sud-ouest, centre et nord-est), il est tombé de 5 à 20 mm.

Ces apports pluvieux améliorent la situation du département et font remonter l’indice d’humidité des sols, mais le déficit de pluviométrie global comparé à la normale partielle de référence (1991-2020) est encore de 42 % au 23 octobre, avec 50 % et 75 % sur l’ouest du département.

Des pluies régulières sont encore annoncées en semaine 43, de 3 à 15 mm selon les endroits, et plus localement de 20 à 40 mm. Après une accalmie prévue le samedi 28 octobre, ces précipitations devraient reprendre, accompagnées d’une baisse de 2 à 3 °C des températures.

Ces épisodes pluvieux seront bénéfiques pour le niveau d’hydratation des sols et les milieux, avec des débits en forte hausse sur la majorité des cours d’eau. Toutefois, les sols sont très secs et le déficit de pluviométrie est encore important en Aveyron, alors que les nappes phréatiques vont entrer en période de recharge. Il faut maintenir les efforts de sobriété sur tous les usages de l’eau.

Ainsi, à la suite du comité de suivi opérationnel (CSO) de l’étiage, concernant les prélèvements d’eau et usages à partir du milieu naturel (eaux superficielle et souterraine), un abaissement progressif des restrictions entrera en vigueur le samedi 28 octobre 2023 à 8 h.

Sur les zones d’alerte suivantes, il a été décidé le :

• Maintien au niveau de crise de :

– la Bonnette et ses affluents ;

– la Baye et ses affluents ;

– la Seye et ses affluents ;

– le Rance ;

– l’Orb ;

– l’Hérault.

• Passage du niveau de crise à alerte renforcée :

– Affluents du Lot amont ;

– la Truyère ;

– Affluents du Lot domanial amont ;

– la Diège ;

– l’Aveyron source et son bassin ;

– le Viaur non réalimenté et les affluents du Viaur ;

– le Cérou non réalimenté et ses affluents ;

– l’Alzou et ses affluents ;

– le Dourdou de Camarès amont et Len ;

– le Dourdou de Camarès aval et Sorgues.

• Maintien en niveau d’alerte renforcée :

– Affluents rive droite du Tarn médian.

• Passage du niveau de l’alerte renforcée au niveau d’alerte :

– le Dourdou de Conques ;

– l’Aveyron médian et son bassin ;

– la Basse vallée de l’Aveyron et son bassin ;

– la Serène et ses affluents.

• Passage du niveau de l’alerte à vigilance :

– Viaur aval réalimenté.

• Maintien en niveau de vigilance.

– le Célé ;

– le Viaur amont (de Thuries) réalimenté ;

– le Tarn amont ;

– le Tarn médian ;

– Affluents rive gauche du Tarn médian .

Concernant l’eau potable, le niveau d’alerte est maintenu à l’identique.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Initialement annoncé le 15 mars par le gouvernement, le versement des aides MAEC et Bio n’est toujours pas soldé, trois mois après… Une situation «inadmissible» qu’ont dénoncé les responsables FDSEA et JA venus rencontrer le directeur de la DDT, lundi 17 juin. Marie-Amélie Viargues, présidente de la FDSEA et Nicolas Bosc, président de la section AB FDSEA et Mathieu Bedel, responsable groupe Bio JA et Léo Nakich, président JA 12, à la sortie de leur rencontre avec la DDT, lundi 17 juin. «La situation est plus qu’urgente !», une délégation de la FDSEA et des JA est allée demander à l’Etat de «respecter ses engagements et payer ce qu’il doit !». En effet, le gouvernement avait annoncé le versement des…