National | Par Didier Bouville

Les coûts de production stabilisés à un niveau élevé en automne

Le niveau de l’indice Ipampa (prix d’achat des moyens de production agricole) s’est stabilisé entre août et octobre 2011 selon Agreste conjoncture. Cette tendance est le résultat d’un recul du poste alimentation animale et d’une augmentation légère de l’énergie et des engrais. Cependant, le niveau de stabilisation de l’Ipampa reste à des valeurs élevées, «proches du point culminant atteint en 2008». Ainsi, sur les 10 premiers mois de 2011, le coût de l’alimentation animale a gagné 22 % par rapport à 2010. Même tendance pour le prix des engrais et des amendements avec une hausse de 23 %. Enfin, sur le poste énergétique, la hausse est de 25 %. Cependant, l’étude précise que sur le poste énergétique, il faut relativiser la comparaison avec l’année 2010, car «le remboursement aux agriculteurs de la taxe sur les produits pétroliers est imputé sur l’ensemble de l’année 2010, mais pas encore sur 2011», note encore Agreste conjoncture.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…