National | Par Didier Bouville

Le nouveau Plan loup ne passe pas

Le gouvernement a dévoilé le 18 septembre à Lyon, dans une réunion à huis-clos, les grandes lignes du Plan national d’actions Loup 2024-2029. Les mesures annoncées ne satisfont personne. Les éleveurs restent sur leur faim et les associations écologistes ont définitivement quitté le Groupe national loup.


« Nous sommes super déçus ». Telle a été la réaction de Bernard Mogenet, président des FDSEA de Savoie et responsable du dossier loup à la FNSEA qui a assisté à la réunion dirigée par Mme Fabienne Buccio, préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes et préfète déléguée « Loup ». « La prise de conscience qui semble émaner des discours des deux ministères (Agriculture et Transition écologique, ndlr), ne se traduit pas dans le plan loup », nous a-t-il déclaré.

La déception est grande dans le rang des éleveurs qui avaient demandé, lors des Assises de la prédation en juin dernier à Chorges (Hautes-Alpes), la fusion des tirs de défense, avec la possibilité de tirer le loup dès la première attaque. En fait, le tir sera seulement simplifié dans les départements identifiés comme « prédatés » et sur les élevages qui sont dans le cercle 2* et qui ont pris des mesures de protection. Ces conditions remplies, il pourra alors y avoir 2 tireurs. « Ils pourront être trois de manière assez exceptionnelle », a précisé Bernard Mogenet. Pour lui, le Gouvernement ne veut pas aller plus loin dans l’allègement des protocoles, « car il a peur de se faire attaquer par les associations écologistes. Depuis une décision du Conseil d’État (18 décembre 2017, ndlr), il ne veut prendre aucun risque juridique et veut respecter la gradation recommandée par le juge administratif ».

Nouveau comptage

En revanche et compte-tenu du dernier bilan de l’Office français de la biodiversité (OFB), soit 1104 loups recensés, le nombre d’animaux à prélever d’ici la fin de l’année devrait mathématiquement augmenter et passer de 176 à 209 en conservant un taux de prélèvement de 19 %. « Il va falloir se dépêcher, car c’est la fin saison sur les estives et les alpages et les troupeaux vont bientôt redescendre dans les bergeries », a observé Bernard Mogenet. Cette disposition a fortement agacé les associations de protection de l’environnement qui y voient une menace pour la viabilité de l’espèce, alors même que celle-ci a été fixée à 500 individus en France. Quant au système de comptage, le gouvernement entend le réformer pour « évaluer la population lupine de façon plus robuste ». Il vise aussi à « évaluer la viabilité génétique à l’échelle européenne de la population lupine ». La nouvelle méthode de comptage devrait être opérationnelle en 2025. « En attendant, l’État nous assure que nous disposons du meilleur système de comptage au monde », a ironisé Bernard Mogenet.

Moyens de protection

Le nouveau Plan loup ouvre également la porte à un changement du statut du loup pour le faire passer d’espèce « strictement protégée » à « protégée » au niveau international et européen. Ce qui constitue un changement de logique, en passant d’une logique de réaction (défense) à une logique de gestion (prévention). Mais l’abaissement de ce statut ne s’effectuera que sur des bases scientifiques dûment validées, estime-t-on au sein du ministère de la Transition écologique.

Enfin, un budget de 2,5 millions d’euros sera consacré de la recherche sur les moyens de protection des troupeaux (renforcement de l’efficacité des tirs, adaptation des moyens de protection aux contextes d’élevage et de prédation, etc.), notamment pour répondre aux enjeux des nouveaux territoires prédatés. « Ca va dans le bon sens, mais nous regrettons qu’il n’y ait aucun budget d’annoncé pour le soutien psychologique aux éleveurs ». En complément, l’État s’est engagé à étudier la « non-protégeabilité » de certaines zones ou certains types d’élevages (bovins, équins). En France la population lupine a doublé en cinq ans. Pas moins de 55 départements accueille le loup de façon permanente. Ses attaques provoquent la mort de plus de 12 000 animaux de ferme par an. Le nouveau plan 

Les autres dispositions du Plan Loup

Parmi les 42 mesures du Plan loup qui devraient être prochainement publiées sur les sites Internet du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Agriculture, figurent

– La création d’un statut du chien de troupeau au regard responsabilité pénale et civile des bergers. Une filière de production des chiens de protection sera mise sur pied tandis que la nomenclature « Installations classées protection de l’environnement (ICPE) sera adaptée aux particularités de chiens de troupeaux. Un observatoire d’analyse de l’efficacité des mesures de protection sera créé.

– La reconnaissance de la spécificité des nouveaux territoires prédatés non alpins. « Car ce sont maintenant les élevages de plaine qui sont menacés », a précisé Bernard Mogenet.

– Une indemnisation plus rapide pour les éleveurs après les attaques : « sous 125 jours maximum après constat ».

– L’extension du dispositif des bergers mobiles au-delà des parcs nationaux doit entrer en vigueur le 1er janvier 2024.

(*) Le « cercle 1 » comprend les zones où la prédation sur le cheptel domestique a été constatée une ou plusieurs fois au cours des deux dernières années. Le « cercle 2 » comprend les zones où des actions de prévention sont nécessaires du fait de la survenue possible de la prédation par le loup pendant l’année en cours.

Christophe Soulard

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…