National | Par Didier Bouville

Le nombre d’installations aidées a diminué de 2,1% en 2012

Le nombre de jeunes installés de moins de 40 ans a baissé de 2,1% entre 2011 et 2012, selon les chiffres de la MSA parus le 4 novembre. Soit, seulement 8100 personnes ont précisément bénéficié du dispositif d’aides à l’installation en 2012. Concernant les installations dites tardives, des plus de 40 ans qui ne bénéficient pas de soutien, la MSA constate une progression de 1,7% en 2012, après avoir connu une forte diminution l’année précédente (-9%).

Au total, tout âge confondu : 12 500 exploitants agricoles se sont installés en 2012 (-0,8% par rapport à 2011).

A l’Ouest, la façade atlantique traditionnellement très dynamique en matière d’installations, a subi globalement une diminution du nombre de ses installations, à l’exception des départements de la Vendée (+12,4%), de la Charente-maritime (+1,3%) et des Landes (stable).

Dans les Alpes-Maritimes, l’Yonne, l’Hérault, la Somme et la Meuse, le nombre d’installations agricoles s’est effondré : – 25 % entre 2011 et 2012 ; cette baisse est d’environ 20 % dans les départements du Lot et des Cotes d’Armor.

En revanche, en Alsace, en Basse-Normandie, dans la région Centre et dans les départements du Jura, et du Doubs, le nombre d’installations d’exploitants agricoles progresse entre 2011 et 2012 : + 35,3 % en Alsace, + 10,8 % en Basse-Normandie.

Le taux de pluriactivité des nouveaux installés reste élevé, note la MSA. En 2012, 30,8 % des installés – jeunes ou tardifs – sont pluriactifs.

(Photo archives La Volonté Paysanne)

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…