National | Par Didier Bouville

La sécheresse néo-zélandaise fait flamber les prix du lait dans le monde

En hausse depuis le début de l’année, les prix des produits industriels laitiers ont connu un bond spectaculaire de près de 15 % le 19 mars, lors des enchères sur le Global Dairy Trade (plate-forme d’enchère internationale). Le 5 mars dernier, les cours mondiaux avaient déjà flambé de plus de 10 %.

Cette remontée spectaculaire est directement liée aux conditions climatiques qui limitent la production du premier exportateur mondial : la Nouvelle-Zélande. Selon les météorologues néo-zélandais, la sécheresse qui frappe l’Île du Nord est la plus forte enregistrée depuis plus de 30 ans.

La cotation du beurre a ainsi dépassé les 4 500 dollars, en progression de 11,5 %, tandis que la poudre maigre atteignait les 4 050 dollars (+7,7 %). Il y a un an, les prix du beurre plafonnaient sous les 2 500 dollars.

(Photo Archives La Volonté Paysanne)

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Pour asseoir son hégémonie sur la scène internationale, la Chine vise l’autosuffisance alimentaire. L’accroissement des capacités de production des filières animales se fait dans la douleur. Des fermes géantes supplantent les petits producteurs de bovins et de porcs. Mais la conjoncture économique contrarie leur essor. De nombreuses sociétés laitières sont déficitaires. Sur de nombreux marchés agricoles, la Chine est le premier pays importateur au monde de commodités. L’an passé, elle a importé 2,4 millions de tonnes (Mt) de viande de porc, 3,46 Mt de viande bovine et l’équivalent de 10 Mt de lait en produits laitiers. Bien que l’empire du milieu soit la deuxième puissance économique mondiale, avec un excédent commercial de 800 milliards d’euros (Md€), son déficit commercial agricole…