National | Par Didier Bouville

La FNSEA «entendue» par le parlement européen


La FNSEA s’est dite satisfaite de l’introduction du « bon sens paysan » par le vote de la commission agricole du Parlement européen du 23 janvier. « Le vote du Parlement européen est symbolique d’une nouvelle prise en compte des véritables contraintes et de la diversité de situation des agriculteurs élargissant de fait un champ des possibles, qui, jusque-là faisait défaut », écrit le syndicat dans un communiqué du 29 janvier.

Parmi les mesures votées, jugées comme des «avancées», on trouve : la nécessité d’atténuer les effets de seuil de la convergence et du temps nécessaire à celle-ci (pas de convergence totale en 2019), l’assouplissement de certains éléments du verdissement, l’intérêt du recouplage, la nécessité de garde-fous à l’évolution des marchés, le renforcement de la position des agriculteurs au sein de la chaîne alimentaire, les nouvelles approches quant à la gestion des risques et enfin l’introduction de plus de progressivité et de proportionnalité dans les sanctions.

Néanmoins, les propositions doivent être encore être validées par le Parlement et reprises dans un accord final avec le Conseil des ministres de l’agriculture. « Nous avons été entendus par la Commission agricole du Parlement Européen (…) Les intérêts des paysans français se défendent au jour le jour, pas deux mois dans l’année », conclut le syndicat.

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Au cours des deux derniers mois, 2 % de jeunes bovins de plus que l’an passé ont été abattus alors que le nombre de vaches allaitantes réformées a diminué de 7,9 %. © iStock-Gabriele Grassl La production de viande bovine change de profil. «La relocalisation de l’engraissement en France semble porter ses fruits», observe l’Institut de l’élevage (Idele) dans une récente étude. Les sorties de jeunes bovins et génisses compensent presque la baisse des abattages de vaches allaitantes. Sur les semaines 4 à 11 couvrant les mois de février et mars, le nombre de jeunes bovins abattus était en hausse de près de 2 % par rapport à 2023, note l’Idele. Toutes les catégories d’animaux sont orientées à la hausse : +1,9…