National | Par eva dz

La FNSEA déploie « une stratégie syndicale de conquête »

Lors de son 75e congrès à Niort, la FNSEA a mobilisé ses troupes, élus et collaborateurs, pour « tracer l’avenir devant plus de 1 200 agriculteurs venus de toute la France. Les responsables du syndicat majoritaire ont présenté le projet #FNSEA2025.

L’objectif affiché est de « déployer une stratégie syndicale de conquête », a clairement affirmé Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. Conscient que la démographie agricole va aussi peser sur le nombre d’adhérents, quelle que soit la structure syndicale, l’organisation agricole entend « élargir son champ de vision » et partir à la reconquête des agriculteurs en privilégiant « la proximité et l’attractivité », a expliqué Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint. « Il nous faut des élus impliqués, une équipe de terrain et une offre de services attractives », a-t-il ajouté, indiquant vouloir « mieux former les élus syndicaux locaux ». Avec l’ambition de faire de la stratégie syndicale un « objectif prioritaire », Hervé Lapie, secrétaire général adjoint a précisé que cet objectif inclura une « culture de l’évaluation, avec des indicateurs et des reportings » et qu’un « état des lieux du réseau » serait lancé pendant la tournée syndicale prévue cet hiver. « Nous nous reconnaissons dans les réflexions et la problématique de la FNSEA », a concédé Arnaud Gaillot, secrétaire général de JA qui travaille « avec ses spécificités » sur le projet d’identité des jeunes agriculteurs. « La jeune génération est défiante. Même si c’est un phénomène de société, il faut la regarder en face », a-t-il lancé.

La FNSEA entend d’ailleurs s’inspirer d’exemples locaux pour remobiliser ses troupes, à l’image de la FDSEA de Haute-Saône qui a développé des magasins de producteurs, en circuits-courts. « C’est un projet qui a pu être monté en 8-9 mois grâce à l’accompagnement administratif de la FDSEA », a dit Michaël Muhlematter, président de la FDPL 71. Le succès est tel que les syndicaux agricoles concurrents viennent prendre conseil auprès de la FDSEA pour monter leurs projets ! Fédérer les énergies est aussi le leitmotiv de Romain Blanchard de la FDSEA des Bouches-du-Rhône à l’initiative d’un groupement d’employeurs, piloté par la FDSEA pour permettre aux agriculteurs de recruter du personnel saisonnier. Les employeurs y trouvent simplicité, sérénité et moindre coût. La démarche est identique pour Joël Limouzin, président du Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnemental (FMSE) pour qui « la force de notre réseau FNSEA, c’est de répondre à l’intérêt général et nos valeurs de solidarité ».

La rédaction – source Actuagri

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…